fr
Select language
Dec. 30, 2013, Casselton, N.D: An oil train crashed into a grain car, causing explosions and a fire and forcing the partial evacuation of the town. No one was hurt. 2July 6, Lac-Mé­gan­tic, Que­bec: An un­at­tend­ed oil train rolled away, crash­ed
12 Feb 2020

Pipelines ou transports routiers : Débats controversés autour du transport des carburants

fr
Select language

"Le dernier déraillement du Canadien Pacifique a déversé 5 fois plus de pétrole que la fuite de l'oléoduc Husky en 2016".

Actuellement, la question des pipelines est un sujet controversé en Amérique du Nord. Plusieurs mouvements de protestation contre les projets de pipelines canadiens et américains font rage depuis des années, et l'une des préoccupations est la sécurité des pipelines par rapport au transport routier.

COMMENTAIRE ÉDITORIAL DE BJÖRN ULFSSON

La principale préoccupation des écologistes et parfois aussi des services d'incendie est que les pipelines transportent beaucoup de carburant par minute et qu'une fuite non détectée pourrait avoir des conséquences très importantes avant que quiconque puisse intervenir. Le fait que les pipelines traversent souvent des zones sauvages vierges difficilement accessibles par la route rend l'intervention sur les pipelines difficile à planifier pour de nombreux services d'incendie, à moins qu'ils n'aient des accords avec une base militaire ou d'autres installations disposant de gros hélicoptères pour les transporter sur le site du déversement.

Toutefois, avec les progrès de plus en plus nombreux de la technologie des pipelines, des systèmes de surveillance sans fil et de la possibilité de fermer à distance les vannes en amont de la section de pipeline qui fuit, nombreux sont ceux qui se réfèrent désormais à des statistiques où le transport routier traditionnel par route ou par chemin de fer surpasse les pipelines en termes d'impact environnemental destructeur.

Une grande partie des produits transportés aujourd'hui étant sous forme de brut (pétrole non raffiné), la question est encore plus complexe.

Les services d'incendie ont une chance raisonnable de faire face à un incendie d'essence, de pétrole raffiné ou de gaz naturel, alors qu'un incendie de grandes quantités de brut exige des connaissances et des équipements spécialisés dont beaucoup de pompiers ruraux sont tout simplement dépourvus. Par conséquent, le déraillement d'un train transportant de grandes quantités de pétrole brut peut avoir des conséquences énormes, non seulement pour l'environnement, mais aussi pour les établissements humains.

Étant donné que les trains et les camions-citernes circulent généralement plus près des villes et des centres urbains, nombreux sont ceux qui affirment aujourd'hui que les pipelines sont plus sûrs, surtout lorsqu'il s'agit de transporter du pétrole brut, qu'il est souvent impossible d'éteindre s'il prend feu.

Avec des vannes d'arrêt, et peut-être aussi des systèmes d'extinction montés juste à côté des vannes du pipeline (où les fuites se produisent le plus souvent), les pipelines pourraient devenir des systèmes très sûrs, surtout si la législation exerce une pression suffisante sur les compagnies d'énergie pour les mettre en œuvre.

En même temps, en s'éloignant du transport traditionnel par route et par chemin de fer, nous éloignerions encore plus les problèmes potentiels du domaine d'intervention possible de nos pompiers publics, nous laissant davantage entre les mains des sociétés d'énergie - à gérer ou à ne pas gérer.

Traditionnellement, on examine l'argument sous deux angles différents :

- Les accidents de transport routier se caractérisent généralement par des rejets de carburant moins importants par incident déclaré.

- Les pipelines, bien qu'ils rejettent généralement plus de carburant par incident, présentent souvent moins d'incidents par unité de carburant transporté.

Un planificateur d'infrastructures prendrait alors traditionnellement une décision - transport traditionnel ou pipeline - en fonction de la sensibilité du terrain, de la distance parcourue, du niveau de risque pour les communautés concernées, du budget, de l'opinion publique, etc.

Les routes et les chemins de fer bénéficiant déjà d'une certaine protection contre les fuites de carburant et étant souvent conçus pour traverser des zones terrestres moins sensibles, il était peut-être traditionnellement plus facile de prendre la décision de passer par le rail ou la route. Les coûts initiaux étaient moins élevés, et le risque était au moins apparemment moindre.

Si l'on ajoute à cela que le pétrole brut étant beaucoup moins couramment transporté dans le passé, les pipelines étaient encore plus coûteux à construire lorsqu'il fallait en construire un pour l'essence, un pour le pétrole raffiné, un autre pour le diesel, et peut-être aussi un autre pour le gaz naturel. Avec le pétrole brut, il suffit de prévoir un seul oléoduc, qui peut potentiellement transporter le pétrole brut jusqu'à la raffinerie, où qu'elle se trouve.

Le transport du pétrole brut est donc "moins cher" d'une certaine manière, sans compter que vous dépensez également de l'argent et de l'énergie pour transporter des impuretés, voire des graviers, comme dans le cas du pétrole brut extrait des champs de sable bitumineux canadiens. Si l'on ajoute les mesures de sécurité nécessaires pour transporter le pétrole brut avec un risque raisonnable, l'équation est moins simple.

Demandez aux habitants de la ville québécoise de Lac-Mégantic ce qu'ils pensent d'un risque raisonnable après le déraillement de train et l'explosion de pétrole brut en 2013 qui ont coûté la vie à 47 personnes et détruit leur centre ville - et vous obtiendrez probablement une réponse différente de celle du conseil municipal de votre communauté moyenne des prairies.

Les incidents liés aux matières dangereuses dans les communautés rurales sont tout simplement si rares que, statistiquement, le risque pour une communauté donnée est si faible que les urbanistes peuvent presque ignorer cette possibilité. Pourtant, statistiquement, et d'un point de vue national, les incidents liés aux matières dangereuses sont assez fréquents - mais pas assez pour que des ressources suffisantes soient mises de côté dans le budget pour former et équiper chaque petite communauté pour quelque chose qui ne se produira probablement jamais à cet endroit particulier.

Les faits sont les suivants : Les déversements de pétrole brut et autres incidents liés aux matières dangereuses sont très rares. Cependant, lorsqu'ils se produisent, il est généralement très difficile pour les services d'incendie ruraux de faire face aux conséquences. Cela nous met en danger lorsqu'ils se produisent, et avec la construction de plus en plus de pipelines, la réponse n'est souvent même plus assurée par les pompiers publics.

Aujourd'hui cependant, grâce à l'amélioration de la technologie des pipelines, les statistiques relatives aux quantités de carburant libérées commencent peut-être à être plus favorables aux arguments en faveur d'une augmentation du nombre de pipelines et d'une diminution des transports routiers.

Dansun article sur le déraillement d'un train couvert par la CBC la semaine dernière, le gouvernement de la Saskatchewan affirme qu'environ 1,2 million de litres de pétrole se sont échappés d'un train du Canadien Pacifique qui a déraillé près du hameau de Guernsey.

"C'est moins que les 1,5 million de litres estimés qui auraient fui lors dudéraillement d'un autre train, également près de Guernsey, en décembre dernier. Mais c'est tout de même cinq fois la quantité de pétrole déversée lors de lacatastrophe de l'oléoduc de Husky Energy en 2016, près de Maidstone, en Saskachewan", précise l'article.

Au moins 12 des wagons du train ont pris feu, selon l'agence de sécurité publique de la Saskatchewan. Des images filmées par un drone ont montré au moins deux grandes mares de pétrole déversé souillant le sol à côté de la voie ferrée.

Selon la province, le CP a engagé des entrepreneurs et des consultants en environnement pour élaborer un plan d'assainissement.

"On ne sait pas exactement combien de temps le nettoyage prendra, mais on peut s'attendre à ce qu'il prenne plusieurs mois", a déclaré le porte-parole du gouvernement.

Le CP a confirmé que le train utilisait un nouveau type de wagon-citerne censé avoir une meilleure résistance à la perforation que ceux qui ontexplosé lors du déraillement mortel de Lac-Mégantic, au Québec, en 2013. Lac-Mégantic, au Québec, en 2013.

Photo de couverture : (Ci-dessus)

30 décembre 2013, Casselton, N.D. : Un train de pétrole a percuté un wagon de céréales, provoquant des explosions et un incendie et forçant l'évacuation partielle de la ville. Personne n'a été blessé. 2Le 6 juillet, Lac-Mégantic, Québec : Un train de pétrole non surveillé a déraillé et s'est écrasé sur un wagon de céréales.