fr
Select language
 A Texaco Crude Oil Tank Blazes Against the Night after Being Struck by Lightning 09/1972     U.S. National Archives’ Local Identifier: 412-DA-1411     Photographer: Olive, Jim
27 May 2019

Un tribunal juge que les autorités locales n'ont pas le droit de restreindre le transport par pipeline de pétrole brut dangereux dans la province.

fr
Select language

Le pétrole brut et le bitume non raffinés et potentiellement explosifs provenant des champs pétrolifères nord-américains sont de plus en plus couramment expédiés dans le monde entier, malgré les récentes catastrophes comme l'explosion du Lac Mégantic au Québec en 2013, qui a fait de nombreuses victimes. Mais malgré les dangers, le pétrole brut continue d'être poussé malgré les protections locales.

L'époque où le pétrole brut était généralement raffiné dans ou près du lieu d'extraction est largement révolue - aujourd'hui, le pétrole brut est couramment expédié là où il est considéré comme le plus rentable de le raffiner. Cela signifie que, par exemple, le bitume extrait dans les sables bitumineux canadiens controversés près de Fort McMurray peut être transporté par oléoduc jusqu'aux côtes occidentales de la Colombie-Britannique, puis expédié par fret conteneurisé vers des pays lointains comme la Chine pour y être raffiné.

Si l'on met de côté l'énorme perte d'énergie que représente le transport de graviers par porte-conteneurs jusqu'à l'autre bout de la planète, la manipulation du pétrole brut est également potentiellement très dangereuse, comme l'a montré la catastrophe mortelle du Lac Mégantic au Québec en 2013. Un train-citerne transportant du pétrole brut a explosé dans une ville éloignée et n'a pu être éteint pendant des jours en raison de la composition complexe du pétrole brut, qui le rend notoirement difficile à éteindre.

Depuis les années 1950, Vancouver dispose d'un oléoduc provenant des sables bitumineux et aboutissant dans un port industriel du détroit de Géorgie, et il semblerait naturel de l'étendre à mesure que la demande de pétrole brut augmente. Le seul problème est que, depuis lors, la région de Burnaby Mountain, à quelque 20 km du centre-ville de Vancouver, s'est dotée d'un grand établissement d'enseignement, l'université Simon Fraser, dont les dizaines de milliers d'étudiants doivent être évacués par hélicoptère si une explosion du pipeline et un incendie prolongé se produisent dans la région.

Le chef des pompiers de la ville de Burnaby, la deuxième plus grande ville à côté de Vancouver, a condamné le projet d'expansion du pipeline dès 2014, le qualifiant de danger pour l'environnement ainsi que de menace pour les vies humaines.

La province de la Colombie-Britannique se bat contre l'expansion depuis des années, mais le gouvernement fédéral canadien a littéralement des intérêts directs dans le projet de pipeline, puisqu'il y a investi quelque 4 milliards de dollars l'année dernière.

La Cour suprême a statué en 2018 que le projet avait violé les traités amérindiens, à la fois dans la zone locale près de l'océan, mais aussi sur les terres autochtones appartenant à des bandes des provinces de l'Alberta et de la Colombie-Britannique, où passeraient les nouveaux pipelines.

De nombreux problèmes liés aux revendications autochtones ont été réglés par des accords économiques, mais pas avec la nation salish du littoral, propriétaire des terres situées près de l'eau dans la région du Grand Vancouver, qui continue de s'opposer fermement au projet.

Récemment, une nouvelle décision de justice a limité le droit du gouvernement de la Colombie-Britannique à restreindre le transport du bitume pétrolier dans la province, rapporte Global News:

La Colombie-Britannique déclare qu'elle fera appel d'une décision de la cour supérieure de la province qui a conclu qu'elle ne pouvait pas restreindre le transport de bitume dilué à l'intérieur de ses frontières.

L'affaire marque le dernier rebondissement dans le conflit sur l'expansion de l'oléoduc Trans Mountain, et aurait pu avoir de graves répercussions sur l'expansion proposée de l'oléoduc si elle avait abouti.

La Colombie-Britannique avait demandé à la Cour de statuer sur la question de savoir si elle avait le pouvoir constitutionnel de réglementer le flux de bitume au moyen d'un système de permis.

La juridiction d'une province canadienne est similaire à celle d'un État américain.

Le panel de cinq juges s'estprononcé à l'unanimité contre la Colombie-Britannique, estimant que les pipelines relèvent de la compétence fédérale.

Dans sa décision, la juge Mary Newbury a écrit que la réglementation environnementale proposée par la Colombie-Britannique aurait indûment restreint la circulation du pétrole dans le cadre d'une entreprise fédérale et qu'elle semblait cibler injustement le projet d'expansion de Trans Mountain.

Photo de couverture :

Un réservoir de pétrole brut Texaco s'embrase dans la nuit après avoir été frappé par la foudre en septembre 1972.

Identifiant local des Archives nationales des États-Unis : 412-DA-1411

Photographe:Jim Olive