fr
Select language
Ottawa University researcher Jennifer Keir and Captain Dave Matschke.
01 Feb 2018

Une recherche révolutionnaire montre que les pompiers absorbent des produits chimiques nocifs par la peau, malgré une protection complète.

fr
Select language

De plus en plus de preuves montrent que les pompiers présentent un risque accru de cancer et d'autres maladies graves par rapport à la population générale, en partie en raison de leur exposition aux produits chimiques dangereux contenus dans la fumée. Les toxines pénètrent dans le corps - malgré l'utilisation d'un équipement complet et d'un appareil respiratoire.

LIRE LA SUITE : Les pompiers américains se tournent vers les saunas détox pour lutter contre la menace du cancer

LIRE LA SUITE sur CTIF NEWS : Les pompiers courent un risque trois fois plus élevé de développer un cancer

Une étude canadienne inédite montre, entre autres, que les pompiers d'Ottawa avaient de trois à plus de cinq fois plus de produits chimiques toxiques dans leur urine après un incendie qu'avant.

Les chercheurs de l'Université d'Ottawa, dont Jennifer Keir (à droite), n'ont pas eu à faire d'efforts pour convaincre les pompiers d'Ottawa de participer à une étude sur les produits chimiques toxiques auxquels ils sont exposés : les pompiers ne connaissent que trop bien le prix à payer pour cette exposition. Le capitaine Dave Matschke (L) est l'un d'entre eux.

 

Exposition par contact cutané - malgré l'équipement de bunker

L'étude suggère que les produits chimiques ont pénétré dans leur corps principalement par contact avec la peau. Matschke a été nommé co-auteur de l'étude publiée mercredi dans la revue Environmental Science and Technology.

Jennifer Keir, auteur principal de l'étude, a déclaré que les pompiers connaissent bien les risques de leur exposition aux produits chimiques, tels que les hydrocarbures aromatiques polycycliques étudiés par les chercheurs.

"Beaucoup d'entre eux connaissent les taux alarmants de cancer (chez les pompiers) et connaissent quelqu'un qui a eu un cancer. C'est une histoire assez courante chez les pompiers".

Comme la plupart des pompiers, le capitaine des pompiers d'Ottawa David Matschke a vu des collègues, y compris des amis proches, mourir du cancer. Matschke, qui a également participé à l'étude en tant que l'un des "cobayes", a qualifié la recherche de "grand pas en avant".

"La preuve de l'absorption par la peau, en particulier par la zone du cou", a déclaré Matschke, "contribuera au développement de pratiques et de technologies visant à réduire cette exposition". La prochaine étape, a-t-il ajouté, est de poursuivre les recherches pour déterminer quels types de pratiques et d'équipements sont les plus efficaces pour réduire et limiter l'absorption par la peau. Un tel travail est crucial à une époque où de nouveaux matériaux rendent les incendies plus toxiques que jamais."

 

Une solution simple : le lavage

Les chercheurs ont recueilli des échantillons d'urine et ont essuyé la peau et les vêtements de plus de deux douzaines de pompiers d'Ottawa avant et après leur intervention sur des incendies en 2015 et 2016. En moyenne, les niveaux de métabolites de HAP dans l'urine après un incendie étaient de 2,9 à 5,3 fois plus élevés que ceux d'avant l'incendie. La mutagénicité urinaire moyenne -- ou le potentiel de provoquer des mutations génétiques -- a été multipliée par 4,3.

"Il existe une relation entre les niveaux de métabolites HAP urinaires des pompiers et les niveaux de HAP sur leur peau, ce qui nous amène à penser que le contact cutané peut être une voie d'exposition importante", explique Jennifer Keir, l'un des auteurs de l'étude.

Les chercheurs concluent que la décontamination de la peau immédiatement après avoir combattu un incendie pourrait être un moyen de contribuer à réduire l'exposition des pompiers à ces composés potentiellement cancérigènes.

Lesrègles de décontamination sont simples, mais néanmoins pas toujours faciles à suivre dans le feu de l'action. Cependant, il est de plus en plus évident qu'il est impératif de le faire pour rester en bonne santé :

- Toujours utiliser au moins un masque filtrant lorsqu'on pénètre dans une zone où il y a eu un incendie.

- Utilisez toujours des gants, ne laissez jamais aucune peau exposée.

- Demandez à un collège de vous arroser avec de l'eau avant d'enlever votre équipement.

- Demandez de l'aide pour enlever vos gants et mettez des gants chirurgicaux avant de manipuler votre équipement.

- Lavez votre équipement après chaque opération impliquant le feu ou après un incendie. Mettez tous les tissus dans un sac à ordures avant de les envoyer au lavage, afin d'éviter de répandre des contaminants dans le camion de pompiers ou à la caserne.

- Nettoyez votre masque, vos tubes et votre casque avec une brosse dans de l'eau savonneuse.

- Terminez toujours par une douche pour débarrasser la peau de toutes les particules restantes. Utilisez d'abord de l'eau fraîche, afin que les écoulements de votre peau restent fermés.

 

Le Canada reconnaît le cancer chez les pompiers comme un accident du travail

La province canadienne de l'Ontario a introduit une législation dite de présomption en 2007 pour faire face à la réalité des pompiers et du cancer - il n'incombait plus aux pompiers et aux enquêteurs de prouver que leur cancer était lié au travail, mais on supposait qu'il l'était. La province a initialement inclus huit formes de cancer dans cette liste et l'a depuis élargie.

 

CTIF News Logo

Publié par Bjorn Ulfsson, Groupe de communication du CTIF

Crédits :

Article d'Elizabeth Payne, Ottawa Citizen. Lire l'article complet ici :

Photo fournie par l'Université d'Ottawa.

Vidéo : Conférence d'Umme S.Akhtar, Phd, et de la candidate Jennifer Keir, Université d'Ottawa, enregistrée lors de l'International Fire Instructors Workshop IFIW - Ottawa, juin 2016, enregistrement vidéo par Björn Ulfsson & Terri Casella @ BT Video Productions.