fr
Select language
Baby and firefighter
15 Apr 2018

Des pompiers en bonne santé - "et sans cancer" - première partie : Un livre sur l'amélioration de l'environnement de travail

fr
Select language

Il est établi depuis longtemps qu'il existe un lien entre la profession de pompier et le risque de souffrir de maladies graves. En 2007, l'Organisation mondiale de la santé a établi le lien entre la profession de pompier et diverses formes de cancer - cancer des testicules, cancer de la prostate et cancer du système lymphatique.

Stefan Magnusson and David Hultman
Text by Stefan Magnusson and David Hultman. Photos by Johan Eklund, except for page 19, David Hultman and page 25, Claes-Håkan Carlsson.

Ce résultat a été obtenu par un groupe de travail composé de 24 chercheurs de dix pays différents (Straifet al. 2007).

De nombreuses questions restent sans réponse et l'ambiguïté entoure la question de savoir comment les pompiers sont affectés par leur environnement de travail au fil du temps. Le contexte est complexe, car de nombreux facteurs différents se combinent pour affecter la santé des pompiers.

Selon les recherches, les risques pour la santé qu'entraîne la situation de travail des pompiers ne conduisent pas seulement au cancer, mais à d'autres problèmes de santé tels que les troubles de la fertilité, les maladies cardiovasculaires, l'asthme et les allergies (LeMasters et al. 2006).

Si l'on résume la situation des pompiers, on peut distinguer un certain nombre de facteurs de santé qui sont connus et bien documentés.

Cet article représente les chapitres 1 et 2 du livre "Healthy Firefighters". Vous pouvez télécharger l'intégralité du livre au format PDF sur CTIF.org ici

La profession de sapeur-pompier implique une exposition évidente et cachée à des substances dangereuses sous diverses formes.

Les pompiers travaillent souvent en équipe avec des horaires irréguliers et donc des schémas de stress irréguliers.

Les pompiers s'exposent à des contraintes physiques et thermiques extrêmement dures pendant de courtes périodes.
Être pompier est associé à une identité plutôt qu'à une profession, ce qui conduit à un emploi de longue durée.

Cela constitue à son tour la base des maladies professionnelles.

Personne ne peut savoir exactement à quelles substances ou combinaisons de substances les pompiers sont exposés, ni dans quelle mesure ils le sont. Pour les substances inconnues, il n'existe pas de valeurs seuils hygiéniques. Il n'est pas possible d'établir quelle dose ou combien de temps un individu doit être exposé à des particules de gaz combustibles inconnus pour que cela soit nocif.

Il est donc difficile de mettre en place des contrôles sanitaires qui permettent de détecter rapidement une maladie imminente. Certaines des méthodes de diagnostic disponibles aujourd'hui pour ces types de maladies ne sont pas encore au point et ne sont pas entièrement fiables. Le test PSA pour le cancer de la prostate en est un exemple (Cooper et al. 2004).

Les tentatives de diagnostic précoce de la maladie peuvent donc conduire à des traitements médicaux inutiles et à l'anxiété de l'individu. Les types de cancer concernés ici sont difficiles à anticiper et à détecter dans leurs stades préliminaires. En même temps, le lien entre un risque accru de maladie et la profession de pompier a été prouvé. (LeMasters et al. 2006).

Une conclusion raisonnable de ceci doit donc être qu'il est important de minimiser les occasions où les pompiers entrent en contact avec des matières et des substances inconnues. Théoriquement, il devrait être possible de protéger complètement les pompiers de l'exposition aux substances nocives.

Dans la pratique, cependant, les pompiers qui se rendent sur les lieux d'un accident/incendie sont parfois contraints d'entrer dans un environnement de travail extrêmement malsain s'ils veulent être en mesure d'effectuer leur travail. De telles situations ne se produisent pas seulement lors d'incendies importants et spectaculaires, mais aussi lors d'incidents plus petits et plus quotidiens.

Ces incidents quotidiens sont si fréquents qu'ils constituent probablement la majeure partie de l'exposition totale aux substances nocives. Même si l'employeur utilisait tous les moyens disponibles pour améliorer la situation des pompiers, l'environnement de travail ne pourrait pas être totalement stérile et exempt de situations et de particules nocives. Toutefois, avec du bon sens et des outils simples, il est possible d'obtenir de nettes améliorations pour les pompiers.

Jusqu'à présent, il manquait une compilation de mesures efficaces pour réduire la quantité de substances étrangères dans l'environnement de travail des pompiers. Ce livre contient des exemples et des conseils solides sur la manière dont les pompiers et les organisations peuvent améliorer l'environnement de travail avec des moyens très simples et ainsi améliorer la santé des pompiers.

Le projet "Healthy Firefighters" et le modèle de Skellefteå
La Suède n'est pas une exception lorsqu'il s'agit des problèmes auxquels sont confrontés les pompiers dans le monde entier. L'environnement de travail des pompiers est un problème mondial et plusieurs types de cancer sont classés comme maladie professionnelle pour les pompiers au Canada, en Australie et dans certaines parties des États-Unis (Forrest, A.2012).

Des mesures énergiques sont nécessaires afin d'apporter des changements rapides et adéquats à la situation actuelle. En 2006, les organisations suédoises d'employés et d'employeurs se sont réunies sur cette question dans le cadre d'un projet de collaboration qui a pris le nom de "Friska brandmän" (pompiers en bonne santé).

Dans une caserne de pompiers de taille moyenne située dans le nord du pays, un modèle a été créé dans le cadre du projet pour faire face aux risques pour la santé. Cette méthode de travail a été baptisée "modèle Skellefteå", du nom du service d'urgence où elle a été mise au point.

Le modèle de Skellefteå a reçu le prestigieux "prix de la bonne pratique" de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail en 2011 et a ainsi acquis une renommée et une reconnaissance internationales. En collaboration avec l'Institut syndical européen (ETUI), la Fédération syndicale européenne des services publics (FSESP) a inscrit le modèle Skellefteå dans son programme d'action depuis 2012. Le programme nomme ce modèle "modèle Skellefteå". Le modèle Skellefteå est également appelé "The Swedish Way" dans des contextes internationaux.

Focus sur l'exposition à des substances inconnues
Ce livre examine le lien entre la profession de pompier et le risque de souffrir d'une maladie grave à la suite d'une exposition répétée à des substances nocives inconnues. Il examine également les mesures proposées pour y faire face.

Il existe de nombreux autres exemples de maladies professionnelles qui peuvent toucher les pompiers. Plusieurs études ont examiné comment les quarts de nuit et les perturbations du rythme circadien affectent le corps humain. Il a été prouvé qu'il existe un lien entre les perturbations du rythme circadien et les troubles métaboliques et les modifications du taux d'hormones.

Les troubles du rythme circadien augmentent également le risque de maladies cardiovasculaires (David et Mirick 2006). De nombreux pompiers travaillent régulièrement en équipe, avec des quarts de nuit fréquents. La conséquence est que le sommeil normal et le rythme circadien risquent d'être perturbés, sans compter le stress supplémentaire des appels d'urgence. Ces questions sont toutefois abordées avec parcimonie dans cet ouvrage.

Le modèle de Skellefteå a acquis une renommée internationale et est également connu sous le nom de "méthode suédoise".
En outre, les microtraumatismes répétés, les troubles musculo-squelettiques, l'exposition à la mousse liquide, à la poudre d'extinction, aux gaz inertes et autres agents d'extinction chimiques ne sont pas abordés ici. Il en va de même pour les brûlures, les infections sanguines, les troubles de la fertilité et les blessures causées par des traumatismes tels que les chutes, les explosions, les écrasements, les glissements de terrain et les blessures liées à la formation.

Le terme "pompiers" est utilisé ici comme un terme collectif pour désigner ce qui, dans certains cas, peut également inclure d'autres membres des services d'urgence.

Un glossaire des termes et expressions utilisés dans le texte figure à la fin de l'ouvrage.

CHAPITRE 2 : Les gaz de combustion

Contenu des gaz de combustion
Les substances et produits de combustion exacts créés lors d'un incendie dépendent du type et de la quantité de combustible, de la taille et de la nature de la surface, de l'accès à l'oxygène, de la température et d'autres conditions (Karlsson & Quintiere, 2000).

Toutes ces variables font qu'il est difficile de savoir quel type et quelle quantité de déchets sont formés lors d'un incendie. Le point de départ est toutefois que des substances nocives sont toujours produites sur les lieux d'un incendie.

Comme il y a tant de matériaux artificiels dans notre environnement, la plupart des incendies créent des produits de combustion dérivés de matériaux synthétiques. Dans un test de pyrolyse de sept plastiques courants, plus de 400 substances différentes ont été identifiées.

Il est probable que des sous-stances supplémentaires qui n'ont pas pu être identifiées ont également été créées (Bengtsson & Antonsson, 1993). Dans un incendie de maison normal, par exemple, il y a bien sûr un nombre beaucoup plus important de substances.

Les substances courantes que l'on trouve dans les gaz de combustion, et dont il a été établi qu'elles sont cancérigènes, comprennent : le benzène, la dioxine, le formaldéhyde, les hydrocarbures polyaromatiques (HAP) et le chlorure de vinyle. Certaines de ces substances sont facilement absorbées par la peau. Certaines substances, comme les composants courants des retardateurs de flamme, peuvent engourdir et atténuer les réflexes de la toux. Cela signifie qu'encore plus de substances sont absorbées.

Certaines substances sont produites en plus grande quantité lorsque la combustion est incomplète ; lorsque le feu est très "fuligineux" et ne contient pas assez d'oxygène. D'autres substances continuent à être produites lorsque la flamme est éteinte mais que le combustible est encore incandescent. C'est souvent le cas lors de l'extinction finale d'un incendie (Bengtsson et Antonsson, 1993).

De nouveaux mélanges et composés de matériaux sont constamment mis au point. Dans notre vie, nous rencontrons de plus en plus de nouveaux matériaux aux propriétés en partie inconnues qui peuvent constituer un danger pour la santé à long et à court terme. Les nanoparticules en sont un exemple. En raison de leur taille extrêmement réduite, une substance peut avoir des propriétés totalement différentes de celles qu'elle possède sous sa forme normale.

Les nanoparticules, qui ont un petit diamètre par rapport aux autres particules, sont capables de pénétrer les barrières de protection des organismes vivants. Les nanoparticules sont facilement absorbées par la peau et les voies respiratoires, transportées dans le corps par le sang, et se répandent et s'accumulent dans divers organes. Si la recherche a montré que certains nanomatériaux sont très toxiques, il est nécessaire de mener d'autres études qui documentent plus largement l'impact de ces particules sur la santé sur une plus longue période. (Ostiguy et al. 2006).

Malgré des recherches continues dans ce domaine, il est presque impossible de documenter les effets à long terme des substances sur les personnes au même rythme que l'apparition de nouvelles nanosubstances sur le marché. Il est également nécessaire de documenter davantage les propriétés des substances lorsqu'elles sont brûlées.

Lors d'exercices d'incendie avec des combustibles connus tels que le bois, les panneaux de particules, le gaz, l'éthanol, le diesel et l'essence à briquet, des produits tels que les HAP (hydrocarbures polyaromatiques), les COV (composés organiques volatils), les oxydes, les isocyanates, les dioxines et les particules ayant un impact négatif sur le corps se forment en différentes tailles.

Sur le terrain, les pompiers sont exposés à un plus grand nombre de substances inconnues provenant de l'incendie que pendant la formation, car de nombreux types de combustibles sont présents en même temps. Les instructeurs et les pompiers qui s'entraînent beaucoup peuvent toutefois être exposés à des substances nocives plus souvent pendant l'entraînement. (Svensson et Månsson 2009).

Propagation des gaz de combustion
Les gaz de combustion et les particules de gaz de combustion sont capables de se propager et de contaminer le milieu environnant. Par exemple, même un petit incendie limité dans un foyer peut causer des dommages importants aux zones et surfaces adjacentes.

Selon Insurance Sweden (2010), les paiements aux assurés ayant subi des dommages dus à un incendie en Suède coûtent environ 5 milliards de couronnes suédoises chaque année. Ce montant ne couvre que les dommages matériels. À cela s'ajoutent les frais de soins de santé, de réhabilitation, d'absence au travail, etc.

Même les petits incendies d'appartements coûtent des centaines de milliers de couronnes suédoises en frais de décontamination et de restauration. Il est donc très coûteux de nettoyer les pièces après un incendie afin de se débarrasser des polluants et des odeurs. Lors d'incendies plus complexes et étendus, dans des zones industrielles par exemple, la propagation de substances nocives et de particules toxiques est encore plus importante.

Dans de telles situations, il n'est pas rare que les services d'urgence informent et avertissent la population de la présence de fumées toxiques. L'alerte peut concerner des personnes situées dans des zones relativement éloignées du lieu de l'incendie. Malgré cela, les pompiers non protégés se retrouvent souvent dans un environnement bien pire, directement à côté du lieu de l'incendie.

RÉFLÉCHISSEZ
En tant que pompier, savez-vous si la maison que vous éteignez contient de l'amiante ou combien de particules de verre provenant d'une vitre de voiture découpée se trouvent dans l'air sur le lieu de l'incident ?

L'absorption de substances nocives par l'organisme
Dans ce contexte, les substances nocives en suspension dans l'air peuvent pénétrer dans notre corps de trois manières principales (Rodricks 1992) :
- par inhalation
- par absorption cutanée
- par la bouche (par voie orale).

Absorption par inhalation
Toute personne doit respirer pour survivre. La fréquence respiratoire normale au repos est de 12 à 20 respirations par minute (environ 7 à 14 litres d'air). En cas de stress extrême, les pompiers ayant une capacité pulmonaire normale peuvent méta- boliser jusqu'à 100 litres d'air par minute (Malmsten & Rosander 2006).

Si l'air inhalé contient des substances étrangères, le métabolisme de ces substances par le corps augmentera si l'individu est soumis à un travail intense.

Il n'est pas rare que les pompiers croient protéger leurs voies respiratoires par des solutions simples qui, en réalité, n'offrent pas une protection adéquate. Il s'agit par exemple de respirer par le nez plutôt que par la bouche dans l'espoir que les poils du nez et les muqueuses filtrent et les protègent des substances nocives contenues dans la fumée. Un autre exemple est la "méthode du saut de respiration", fondée sur la théorie selon laquelle une fréquence moindre de respirations dans un environnement pauvre en air réduit l'absorption de substances nocives.

Il est également courant de respirer dans le pli du coude ou dans le col pour se protéger. Malheureusement, aucune de ces méthodes n'est particulièrement efficace. On peut penser que ces méthodes sont irrationnelles, mais elles constituent un réel problème et ont des explications logiques. Ce comportement se produit dans des situations qui ne sont pas planifiées ou préméditées. De telles situations se produisent par exemple lorsque le vent change soudainement, que le feu change rapidement de caractère ou que les pompiers doivent changer de position et contourner le lieu de l'incendie. Souvent, il n'y a pas d'accès immédiat à la protection des voies respiratoires ou de possibilité d'interrompre la tâche en cours et de se déplacer vers un meilleur environnement.

Un type courant d'appel d'urgence et de tâche est la "recherche d'odeur de fumée". Afin de localiser une source d'incendie présumée, il est courant que les pompiers utilisent leur odorat comme outil. Pour des raisons logiques, un équipement de protection des voies respiratoires est utilisé dans de telles situations, et les pompiers se retrouvent alors souvent dans des espaces où les gens ne pénètrent normalement pas.

Il peut s'agir de greniers, d'entrepôts, de vides sanitaires, de chambres de ventilateurs et d'espaces de ventilation. Dans ces espaces, la présence de moisissures, de spores, de poussières et d'autres particules nocives en suspension dans l'air ne peut être exclue. Les pompiers n'accordent normalement aucune importance à cette situation, mais dans d'autres contextes, ces environnements seraient considérés comme dangereux pour les personnes qui y pénètrent.

Les substances nocives liées aux incendies sont absorbées par l'organisme par inhalation, par absorption cutanée et par voie orale.

Il est important de protéger la peau et les voies respiratoires dans toutes les situations susceptibles d'impliquer des substances nocives.

Des situations qui, à première vue, ne sont pas perçues comme dangereuses peuvent facilement être négligées ou considérées comme inoffensives. La protection respiratoire est presque toujours utilisée lorsque l'environnement est tellement inadapté et désagréable que les pompiers peuvent établir avec leurs sens naturels que l'environnement est toxique ou dangereux. Mais dans les situations où les mécanismes de défense normaux tels que l'odorat, le goût, les canaux lacrymaux et le réflexe de la toux ne réagissent pas de manière naturelle, il est normal que les pompiers n'utilisent pas d'appareil respiratoire.

Certaines des substances nocives qui se forment pendant les incendies peuvent être vues et senties, mais d'autres sont totalement invisibles ou inodores. Un environnement sans odeur irritante ni suie visible n'est donc pas nécessairement inoffensif, même s'il n'y a pas de menace perçue. La raison du port d'une protection respiratoire n'est pas que les gaz de combustion sont toujours toxiques, mais plutôt qu'il est impossible pour les pompiers de déterminer si l'air qu'ils vont inhaler est nocif ou non (Bengtsson & Antonsson, 1993).

REFLECHIR
Y a-t-il des contextes et des situations, présents ou passés, auxquels vous pouvez vous référer et dans lesquels vous avez été contraint d'inhaler de l'air vicié parce que vous n'étiez pas en mesure de protéger vos voies respiratoires ?

Lorsque les pompiers touchent leur propre peau avec des mains contaminées, la surface de la peau entre en contact avec des particules de gaz de combustion.

Absorption par la peau
Il existe de nombreuses situations dans lesquelles la peau des pompiers entre en contact avec des substances nocives. Cela se produit chaque fois que les pompiers touchent leur propre peau avec des mains contaminées ou avec des gants qui ont été en contact avec des débris de feu, par exemple lorsqu'ils se grattent ou urinent. Un autre exemple est lorsque les pompiers se trouvent dans un environnement enfumé et qu'une zone de la peau est exposée. Dans ce cas, les particules des gaz de combustion entrent en contact avec la surface de la peau.

La quantité d'une substance absorbée par le corps via la peau est déterminée par la quantité et le type de substance, la taille des molécules et l'état de la peau. La substance pénètre plus rapidement la peau chaude et moite que la peau sèche ou fraîche (Thors et al. 2013).

Les pompiers ont souvent la peau chaude et moite lorsqu'ils se trouvent dans des environnements dans lesquels se trouvent des substances étrangères. En outre, ce n'est pas seulement lors de tâches physiquement exigeantes comme la plongée dans la fumée, l'acheminement des tuyaux, la ventilation ou d'autres opérations exigeantes que la peau des pompiers est chaude et humide. La construction et les exigences fonctionnelles de l'équipement d'intervention signifient que même les tâches les plus simples constituent une température plus élevée.

De nombreux médicaments sont conçus pour être absorbés par la peau, par exemple les crèmes analgésiques, les médicaments contre les maladies cardiaques et les patchs à la nicotine. Comme ces médicaments contiennent des molécules qui traversent la barrière cutanée, ils peuvent être absorbés dans la circulation sanguine et ainsi faire effet. De la même manière, des molécules indésirables et nocives peuvent se retrouver dans le corps du pompier lorsqu'elles entrent en contact avec la peau.

Aujourd'hui, les connaissances sur la manière dont les vêtements de protection des pompiers empêchent l'environnement ambiant d'atteindre la peau, par exemple lors de la lutte contre les incendies en intérieur.

REFLECT
Pensez à la façon dont votre peau a été soumise à la suie visible et à la durée pendant laquelle, après un incendie, vous pouvez encore sentir la fumée sur votre corps. Est-ce une question de minutes, d'heures ou même de jours ? Pouvez-vous savoir quelles substances restent sur votre peau ?

Absorption par ingestion
Tous les agents chimiques et substances nocives présents sur les lieux d'un incendie ne peuvent pas être perçus ou détectés par nos sens naturels. Cela rend la situation encore plus périlleuse et c'est l'une des raisons pour lesquelles les pompiers ont tendance à avaler des substances inconnues (absorption orale). Cela peut se produire dans différentes situations :

Les gaz et les particules qui ont pénétré par les voies respiratoires supérieures sont transportés par le mucus et la salive dans le système digestif et sont ainsi absorbés par l'organisme.

Après ou pendant de longues opérations, il est nécessaire de se sustenter.

La nourriture est souvent consommée sur le lieu de l'incendie ou à proximité immédiate, sans que les pompiers aient la possibilité de changer de vêtements, de se laver ou même de mettre la nourriture dans un endroit propre.

Les pompiers qui utilisent du tabac à priser et effectuent des travaux qui leur contaminent les mains risquent de placer des substances étrangères dans leur bouche via leurs doigts, le tabac à priser servant de vecteur.
Manger à proximité du lieu d'un incendie comporte un risque de pénétration de substances nocives dans le corps par la bouche.

Un équipement correct et une bonne méthode de travail sont importants pour protéger les sapeurs-pompiers contre les substances nocives.

Les effets dangereux des gaz de combustion
Plusieurs recherches ont montré que les pompiers courent un risque accru de certaines formes de cancer (LeMasters et al. 2006). Pour assurer la qualité et la fiabilité des études sur des maladies qui mettent longtemps à se manifester, il est nécessaire d'effectuer des mesures sur une longue période.

Parallèlement à ces études, les équipements de protection individuelle et les méthodes de travail des pompiers ont été développés et améliorés, ce qui a eu un impact positif sur leur environnement de travail.

Au cours des dernières décennies, la présence de nouveaux matériaux et de substances chimiques dans notre environnement a considérablement augmenté. Pour de nombreuses nouvelles substances, la documentation sur leur effet à long terme sur la santé est insuffisante ou inexistante (Ostiguy et al. 2006). La culture professionnelle et les méthodes de travail locales sont des facteurs supplémentaires qui influencent la manière dont les pompiers sont soumis aux gaz de combustion et à leurs effets nocifs.

Effets combinés
Lorsqu'une personne est exposée à plusieurs substances différentes en même temps, l'une des situations suivantes se produit :

- Les substances n'ont aucun effet les unes sur les autres.
- Les substances sont agrégées (additives).
- Les substances s'opposent aux effets de l'autre (antagonisme).
- Les substances renforcent leurs effets mutuels (synergie).

Normalement, plus les substances auxquelles les gens sont soumis sont dangereuses, plus l'effet est nocif (Mayer 1977). Lorsque les pompiers sont soumis à des gaz et des particules de combustion, ils sont exposés à plusieurs substances nocives à la fois.

Les effets de ce phénomène sont difficiles à évaluer, mais il existe un risque d'effets synergiques. Les substances qui, à une quantité déterminée, affectent (ou n'affectent pas) le corps peuvent avoir un impact totalement différent si le corps est soumis à une autre substance avant, après ou en même temps (Lidman 2008). Il existe un risque que le mélange de différentes substances absorbées par le corps du pompier devienne encore plus nocif que la somme des différents composants ; il peut y avoir un effet synergique ou "cocktail".

Lorsque des personnes sont soumises à plusieurs substances nocives en même temps, le mélange peut être plus dangereux que la somme de ses parties. C'est ce qu'on appelle l'effet cocktail.

Comment les substances nocives affectent le corps
Outre les effets des substances nocives sur la santé mentionnés précédemment, ces substances peuvent également avoir un impact sur tout, du cœur au système immunitaire, en passant par les muscles, les nerfs, les organes internes et le système de régulation hormonale du corps, y compris les organes reproducteurs (Lidman, 2008). Les enfants de pompiers courent un risque trois à six fois plus élevé de

Certaines substances auxquelles les pompiers peuvent être exposés sont soupçonnées d'être, ou ont été établies comme étant toxiques pour la reproduction, et souffrent de malformations cardiaques congénitales par rapport aux enfants de parents appartenant à d'autres groupes professionnels (Olshan et al. 1989).

Il a également été établi que, dans le cadre de leurs fonctions normales, les pompiers sont exposés à des substances suspectées d'être toxiques pour la reproduction ou dont la toxicité a été établie (McDiarmid et al. 1991).

Certaines substances qui se forment dans les incendies (par exemple, l'acétaldéhyde et le formaldéhyde) réagissent entre elles ou avec, par exemple, l'eau (salive ou mucus dans les voies respiratoires). Ces substances peuvent soit rester dans les voies respiratoires supérieures, soit être transportées vers l'estomac et les poumons et avoir des effets nocifs. Certaines substances (comme les isocyanates de la colle, du plastique et de la peinture) peuvent provoquer de l'asthme, des allergies et d'autres hypersensibilités, même pour les personnes exposées à de faibles quantités si cela se produit de manière répétée.

Des radicaux libres se forment dans les incendies de matériaux de construction normaux. Les radicaux libres sont très réactifs, c'est-à-dire qu'ils réagissent facilement avec d'autres substances et ont un effet nocif sur l'ADN, entre autres.

Sur les lieux d'un incendie, les pompiers risquent d'être soumis à des mélanges de substances nocives provenant des particules, des gaz et des déchets issus du feu et de la pyrolyse. Il peut s'agir de métaux lourds (plomb, cadmium, uranium), de divers agents chimiques (benzène, hydrocarbures polyaromatiques, toluène, formaldéhyde) et de minéraux (amiante, dioxyde de silicium, silicates).

Même la caserne de pompiers, où les pompiers passent beaucoup de temps, contient des mélanges complexes de substances sous forme de particules. (LeMasters et al. 2006).

Une maladie grave peut être le résultat d'une exposition à de nombreuses substances nocives différentes. Il a également été prouvé que des combinaisons de différents produits chimiques qui ne sont pas particulièrement nocifs individuellement peuvent donner lieu à des effets entièrement nouveaux et très dangereux (Mayer 1977). Les pompiers risquent d'être exposés à des quantités de produits chimiques étrangers sur les lieux d'un incendie et lors de la manipulation de matériaux qui ont été en contact avec les polluants de l'incendie. En règle générale, tant le type que la concentration des substances qui se forment ou se libèrent en cas d'incendie et de pyrolyse sont inconnus des pompiers.

Les gens ont des degrés variables de sensibilité à l'exposition à différents produits chimiques et mélanges de produits chimiques. Cela signifie que le risque que différentes personnes développent des maladies dues à l'exposition à des substances étrangères varie.
Il est connu que des substances nocives se forment dans les incendies. La combinaison de différentes substances peut devenir encore plus dangereuse,

Certaines substances formées dans les incendies n'entraînent des effets nocifs que lorsqu'elles réagissent avec l'eau de la salive ou le mucus dans les voies respiratoires.

Les gens ont des degrés de sensibilité différents et le risque de développer des maladies varie. Les pompiers qui risquent d'être exposés à ces mélanges ne savent pas à quelles substances ils sont exposés ni comment cela les affecte en tant qu'individus.

On sait que les pompiers en tant que groupe professionnel sont affectés par certaines maladies, mais on ne sait pas quels pompiers sont affectés. Il a été établi par les méta-études mentionnées précédemment (LeMasters et al. 2006) que les pompiers courent un risque plus élevé de certains types de cancer. Ce qui est moins étudié, ce sont les autres maladies qui peuvent survenir lorsque les pompiers sont exposés à des substances étrangères.

D'autres études sont nécessaires pour examiner le lien entre la profession de pompier et les maladies chroniques ou subchroniques graves autres que le cancer.

Difficile d'établir des diagnostics précoces et fiables
La seule façon raisonnable de déterminer comment les gens sont affectés par des combinaisons de substances inconnues soupçonnées d'être incluses dans des mélanges complexes à différentes concentrations est de procéder à des tests ou de prélever des échantillons. Le problème de certaines des maladies qui affectent les pompiers est qu'elles peuvent rester latentes pendant longtemps avant que des symptômes n'apparaissent ou ne soient même mesurables (Barry 2001).

Il est donc difficile de mesurer et de contrôler les maladies. Outre le fait que les examens de santé détaillés peuvent exiger beaucoup de ressources et être longs, il est difficile de décider ce qui doit être mesuré et comment. Comme les substances et les conséquences peuvent être inconnues, cela peut également signifier qu'il y a un faux sentiment de sécurité à mesurer certaines substances, car les tests les plus pertinents pourraient être ceux qui ne sont pas effectués. Les examens de santé sont nécessaires, mais avant d'en arriver à mesurer des marqueurs de santé, les mesures doivent être si fiables qu'elles ne causent pas plus d'inquiétude chez la personne examinée.

Même s'il est possible de mesurer et de prouver la présence de certaines substances dans l'organisme des pompiers, il est actuellement difficile de prévoir les conséquences de la combinaison de substances à laquelle une personne donnée a été exposée et comment cela l'affecte à long terme.

Lorsque l'on évoque le risque accru de maladies graves chez les pompiers du fait de leur travail, il faut toujours tenir compte du fait que tout le monde peut contracter un cancer ou d'autres maladies. Le cancer est présent dans tous les groupes professionnels, et il est très difficile dans chaque cas individuel de s'assurer qu'une maladie qui met longtemps à se manifester est liée au travail. Dans le même temps, le lien entre le rôle professionnel d'un pompier et un risque accru de cancer a été mis en évidence. Il est donc important de veiller à ce que les pompiers ne soient pas exposés à des substances nocives plus que nécessaire.

Il est difficile de prévoir les conséquences de la présence de substances nocives dans l'organisme, même s'il est possible de vérifier
si ces substances existent dans le corps.