fr
Select language
Man breathing fire. By Pexel
10 Jul 2018

La panique et le comportement humain dans les situations d'incendie et d'urgence

fr
Select language

By: Navid Bayat  Tehran Fire Department
By: Navid Bayat

Tehran Fire Department
Email: Navidbayat70@yahoo.com

Il est largement admis - et dans une large mesure à tort - que la panique des foules lors d'incendies et d'autres situations d'urgence fait ressortir le pire de l'homme. Aucontraire, les faits montrent que les situations d'urgence font plutôt ressortir "notre meilleure nature" et, surtout, que le comportement humain en situation d'urgence peut être prévu et contrôlé par la planification et la compréhension.

Dans cet article de recherche, Navid Bayat, du service d'incendie de Téhéran, remet en question l'idée selon laquelle les situations d'urgence et de panique font ressortir le pire en nous, en proposant une vision plus positive et constructive du sujet, suggérant que le comportement humain est régi par la conception de nos espaces publics, plutôt que par l'égoïsme ou des "comportements sombres".

Aujourd'hui, la plupart des bâtiments sont équipés de systèmes de sécurité et de protection contre les incendies. Néanmoins, des incendies se produisent encore et font des victimes. La partie saillante du problème provient du fait que la majorité des systèmes de protection contre les incendies dans les bâtiments sont mis en place avec des attentes fausses et incorrectes quant à la façon dont les gens réagissent réellement dans des situations d'urgence.

Comme mentionné dans la conclusion, la panique qui suppose un comportement irrationnel dans une situation d'urgence est plutôt atypique du comportement humain dans un incendie.

 

CTIF NEWS LOGO

 

Au contraire, les recherches modernes montrent que les gens sont susceptibles d'appliquer une réponse et une prise de décision rationnelles, logiques et altruistes en fonction de leur compréhension de la situation au moment de l'incendie.

Cependant, en rétrospective, certaines décisions peuvent ne pas sembler optimales et avoir un impact négatif sur le résultat d'un incendie, mais au moment de l'incendie, ces décisions étaient rationnelles et les meilleures lorsque tous les facteurs sont pris en considération (Proulx, 2001).

La notion de panique lors d'un incendie est très influencée et jugée par le résultat de l'incendie. Ce que l'on entend par là, c'est que, par exemple, lorsqu'une réaction de crise, comme le fait de rentrer dans un bâtiment en feu et/ou en train de s'effondrer, entraîne la mort, elle est qualifiée de "panique", alors que si la même réaction permet de sauver des vies, elle est qualifiée d'"héroïque". (Note de la rédaction : des précisions sur ce point seront données dans la partie Conclusion de l'article).

En d'autres termes, les occupants sont susceptibles de réagir différemment de ce que l'on attend généralement d'eux et sur lesquels les systèmes de sécurité incendie sont mis en place dans les bâtiments. Cette antithèse de comportement est attribuée à la réaction et au comportement panique des gens qui peuvent contribuer à ce que les occupants manifestent des réponses dysfonctionnelles et irrationnelles.

Néanmoins, les gens réagissent-ils vraiment et se comportent-ils de manière irrationnelle, antisociale et paniquée en cas d'incendie et d'urgence ou le mot panique a-t-il été utilisé à tort dans divers contextes et les occupants des bâtiments se comportent-ils en réalité de manière rationnelle et socialement acceptable ?

La présente étude vise à démystifier la définition de la panique et à examiner le comportement réel des personnes en cas d'urgence, comme un incendie, en s'appuyant sur les résultats de recherches antérieures.

Au fil des ans, la panique a été discutée par plusieurs auteurs et praticiens. Les psychologues et les sociologues se sont intéressés au concept de panique dans diverses situations.

Dans les années 1970, néanmoins, certains chercheurs ont commencé à examiner de près le comportement humain en situation d'urgence. Dans le domaine des incendies, on a supposé que le concept de panique était un vague mythe visant à imputer l'issue d'une tragédie aux occupants, alors qu'en réalité la conception du bâtiment ou sa gestion était potentiellement en cause (Fahy & Proulx, 2009).

Qu'il s'agisse de la planification globale de la communauté en cas de catastrophe ou ou si les plans impliquent la gestion ou la conception de l'utilisation de l'espace en cas d'urgence d'urgence dans une tour d'habitation spécifique, le planificateur doit procéder avec des connaissances et une compréhension précises si l'on veut réussir.

 

Drawing of man panicking

 

Le comportement de panique ne peut être bien compris que s'il est envisagé sous différents aspects. Quarantelli (1975) suggère à juste titre que la planification peut réduire les pertes humaines, les pertes personnelles, les dommages matériels et les perturbations sociales générales qui se produisent à la suite de catastrophes naturelles ou d'accidents technologiques.

L'opinion générale dominante - et erronée - est que les êtres humains sont très susceptibles de mal se comporter face à un danger et une urgence extrêmes. Le comportement en cas de catastrophe est donc considéré comme des actions illogiques, des décisions irrationnelles, une désorganisation personnelle et de groupe contribuant au pire scénario d'hystérie et de panique généralisées.

Fantasy trick photo of man breathing fireQuarantelli (1975) poursuit en disant que le côté le plus sombre, impulsif, irrationnel et animal de la créature humaine se manifestera dans des situations très stressantes. En d'autres termes, les êtres humains ne sont pas des roseaux qui se plient facilement au vent, mais plutôt des jeunes arbres encore plus fragiles qui se briseront et craqueront sous la poussée d'un événement très menaçant.

Cependant, plus loin dans son livre, il conclut que, sur la base de preuves empiriques, il est clairement indiqué que la croyance générale du comportement panique des êtres humains est fondamentalement incorrecte.

Le comportement et la réaction de l'homme en cas de catastrophe dans les sociétés modernes et industrielles sont plutôt bons et acceptables selon presque tous les critères raisonnables que l'on peut voir.

 

Il est difficile de trouver des preuves irréfutables, à part des histoires anecdotiques, qui suggèrent que le comportement sous stress est plus illogique, irrationnel ou dysfonctionnel que le comportement quotidien.

 

 

Définitions de la panique

Afin de clarifier ce que nous entendons par panique et par comportement panique des occupants, nous devons fournir quelques définitions de la panique. On peut trouver des définitions de la panique dans les dictionnaires et dans la littérature sociologique et psychologique. Fahy & Proulx proposent quelques définitions de la panique glanées dans différentes sources. Elle a été définie par Goldenson, par exemple, comme "une réaction impliquant la terreur, la confusion et un comportement irrationnel accéléré par une situation menaçante".

Johnson soutient que la panique est "un comportement englobant la compétition égoïste non contrôlée par les contraintes sociales et culturelles".

Dans cette ligne, Keating suggère quatre éléments de panique:

1) l'espoir de s'échapper grâce à des ressources qui s'amenuisent :

2) un comportement contagieux :

3) une préoccupation agressive pour sa propre sécurité ; et

4) des réponses irrationnelles et illogiques.

Dans une autre définition, Quarantelli (1990) considère la panique comme une réaction de peur aiguë marquée par un comportement de fuiteet le participant paniqué comme non rationnel dans son comportement de fuite.

Ailleurs, Quarantelli (2001) décrit la panique comme un comportement de fuite dysfonctionnel généré par des circonstances fortuites, toujours variables, mais impliquant un danger imminent. Il définit également la panique comme une fuite collective basée sur une croyance hystérique.

Le dictionnaire Oxford English définit la panique comme un "sentiment excessif d'alarme ou de peur... conduisant à des efforts extravagants ou injurieux pour assurer la sécurité" (Clarke, 2002).

Clark (2002) présente d'autres définitions classiques de la panique qui sont brièvement abordées ici : Park & Bugress (1924) "la panique est la foule en dissolution". Lang, K., Lang, G.E (1961) "la panique est un retrait collectif des objectifs du groupe dans un état de privatisation extrême".

LaPierre (1938) "le comportement de panique est l'antithèse du comportement régimentaire, une interaction non coordonnée avec des conséquences imprévisibles". Et selon le dictionnaire Medical Online, la panique est un sentiment soudain et fort de peur qui empêche toute pensée ou action raisonnable.

Plus loin dans le présent document, nous examinerons si les gens, plus souvent qu'autrement, montrent un comportement de panique basé sur les caractéristiques et les définitions fournies ci-dessus dans le cas d'une urgence telle qu'un incendie, mais avant de nous occuper de cela, nous devrons peut-être décrire quelles sont les causes de la panique, car la première étape pour prévenir la panique des foules est d'en connaître les causes.

 

Man breathing fire. By Pexel

 

Parmi les principaux déclencheurs, on peut citer

 

  • Lefeu - Le feu peut être mortel et mortel et si les sorties de secours et les procédures d'évacuation nécessaires et indispensables sont vagues et/ou difficiles à trouver et à suivre, la panique est inévitable.
  • Instabilité émotionnelle - Une simple fuite qui se développe de manière incontrôlée pourrait entraîner un sentiment d'insécurité dans une zone spécifique de l'environnement.
  • Peur - La peur de la mise en danger et du piégeage peut découler des émotions associées à la panique et entraîner des conséquences mortelles et tragiques telles que la débandade et le piétinement.
  • Colère/violence - La violence est prévisible lorsque des sentiments de colère ou de rage prennent le dessus sur une foule.
  • Limites spatiales - Pour tenter d'échapper à une situation d'urgence et dangereuse, il doit y avoir suffisamment d'espace pour que chaque personne puisse sortir du lieu en toute sécurité, sinon les gens risquent d'être piétinés ou étouffés.
  • Démographie - Des lieux ou des groupes de personnes particuliers provoquent des événements de crise. Par exemple, la nature de l'événement peut ouvrir la voie à un comportement perturbateur et chaotique, comme des manifestations qui, par la nature de l'environnement émotionnel, peuvent se transformer en une situation.

Heid (2004) suggère que diverses circonstances doivent interagir afin de déclencher la panique :

  • La victime perçoit une menace immédiate de se retrouver piégée dans un espace clos.
  • Les voies d'évacuation et de sortie semblent se fermer rapidement.
  • La fuite semble être le seul moyen et le dernier recours pour survivre.
  • Personne n'est disponible pour l'aider.

Almeida, E. et al (2008) soulignent que si des personnes doivent quitter un bâtiment en cas d'incendie et qu'elles ne connaissent pas suffisamment bien la structure du bâtiment, elles courront vers la sortie qu'elles ont utilisée comme entrée, même si d'autres sorties sont beaucoup plus faciles à atteindre ou même plus sûres.

Ils peuvent également se désorienter dans leur environnement et adopter un comportement de "troupeau" ou de "flocage". On entend par troupeau, une dynamique de groupe humain visible en situation d'urgence. En d'autres termes, lorsque les gens sont pris de panique, ils peuvent commencer à agir de manière non logique et leur capacité à prendre des décisions de leur propre chef peut être réduite, voire totalement perdue.

En conséquence de ce manque d'indépendance, les gens ont tendance à suivre les autres dans l'espoir qu'ils puissent les sortir de la situation dangereuse.

Un autre phénomène prouvé sur la base des observations est appelé "arquage", qui apparaît lorsqu'une "grande foule avec une vitesse désirée élevée essaie de passer une porte. Au lieu de passer par la porte en moins de temps, ou de donner aux piétons qui arrivent une chance de passer par la porte, la porte est bloquée et la foule prend la forme d'un arc" (Almeida, et al. 2008).

Les gens essaient toujours de trouver le chemin le plus court et le plus facile pour atteindre leur destination qui, la plupart du temps, en cas d'urgence, est le chemin et la porte par lesquels ils sont entrés dans le lieu. Le principe de base est "le principe du moindre effort".

Même si beaucoup a été fait dans ce domaine au cours des dernières décennies, il est impératif de savoir que la science, basée sur le comportement humain, ne peut pas être complètement comparée aux autres disciplines scientifiques. La raison peut se résumer principalement au fait que les résultats et les hypothèses ne sont pas basés sur une validité et une uniformité universelles comme les mathématiques et la physique.

Par exemple, une enquête menée en Suède ne peut être considérée comme applicable au monde entier. On peut dire la même chose des études qui ont été réalisées sur un groupe d'essai particulier, comme l'âge ou le sexe. L'application appropriée des résultats à d'autres groupes semble peu claire et vague, ce qui peut s'expliquer par le fait qu'elle dépend principalement de la variété des environnements culturels, sociaux et géologiques.

En Suède, par exemple, les exercices d'évacuation en cas d'incendie sont monnaie courante pendant les années d'école primaire, ce qui influence le comportement et les actions de chacun en cas d'urgence. En revanche, on ne peut pas en dire autant des pays en développement où l'accès à l'école est limité ou inexistant. Ainsi, on ne peut s'attendre à ce que des personnes ayant des antécédents et des connaissances aussi différents se comportent de la même manière (Markus Friberg & Michael Hjelm, 2014).

Contrairement à ce qui a été dit plus haut, on peut déduire d'un certain nombre d'études antérieures que, dans la pratique, les gens ne manifestent pas nécessairement un comportement de panique et de dysfonctionnement lorsqu'ils sont exposés à des situations d'urgence.

C'est uneidée fausse très répandue que de croire que les personnes prises dans un incendie vont paniquer et avoir un comportement fou. Au contraire, ces comportements fous, tels que tenter de fuir dans une bousculade, écraser et combattre les autres, sont en fait extrêmement rares.

La transition entre le comportement normal rationnel et le comportement de panique apparemment irrationnel est contrôlée par un seul paramètre, la "nervosité", qui influence les forces de fluctuation, la vitesse souhaitée et la tendance au rassemblement. Par conséquent, elle donne lieu à des effets paradoxaux comme "geler en chauffant", "plus vite est plus lent", et l'ignorance des sorties disponibles (Helbing, et al, 2008).

La panique, qui suppose un comportement irrationnel dans une situation d'urgence, est plutôt atypique du comportement humain en cas d'incendie. Il est peu probable que les gens appliquent une réponse et une prise de décision rationnelles, logiques et altruistes en fonction de leur compréhension de la situation au moment de l'incendie. Cependant, rétrospectivement, certaines décisions peuvent ne pas sembler optimales et avoir un impact négatif sur le résultat d'un incendie, mais au moment de l'incendie, ces décisions étaient rationnelles et les meilleures lorsque tous les facteurs sont pris en considération (Proulx, 2001).

La notion de panique lors d'un incendie est très influencée et jugée par le résultat de l'incendie. Ce que l'on entend par là, c'est que, par exemple, lorsqu'une réaction de crise, comme le fait de rentrer dans un bâtiment en feu et/ou en train de s'effondrer, entraîne la mort, elle est qualifiée de "panique", alors que si la même réaction permet de sauver des vies, elle est qualifiée d'"héroïque".

Tout comportement humain en cas d'incendie peut être rationalisé lorsque l'événement est vu à travers la perspective du sujet (Fahy & Proulx, 2009). Ailleurs, Tingguang et al (2011) proposent que la panique n'est pas quelque chose qui peut être mesurée, mais elle peut être déduite. La plupart des premiers intervenants ont déduit la panique des résultats, rétrospectivement, et n'ont pas observé de panique réelle sur la scène.

An artists rendition of Edward Munch´s "The Cry"On peut supposer que la panique est un concept similaire à l'entropie en thermodynamique. Invariablement, nous ne sommes pas en mesure de mesurer directement l'entropie du feu, mais nous la déduisons de la mesure de la température, du débit, etc. De la même manière, nous ne pouvons pas mesurer directement la panique, mais nous pouvons déduire son niveau à partir d'autres quantités mesurables, comme le niveau des forces d'écrasement internes, combien de chaussures ont quitté leur position, combien de personnes sont mortes par la faute d'autres personnes, etc.

De plus, contrairement à une idée reçue, c'est le manque de panique qui contribue aux conséquences des incendies. Neil Townsend, officier divisionnaire du service de secours des pompiers de Londres, souligne que "lorsque des personnes meurent dans un incendie, ce n'est pas à cause de la panique, mais plutôt de l'absence de panique". Cependant, Markus Friberg & Michael Hjelm (2014) estiment que pour comprendre le comportement lors de situations d'incendie et d'urgence, il faut savoir que tout le monde ne se comportera pas de la même manière dans une certaine situation.

Par conséquent, il est essentiel de connaître d'abord les différentes caractéristiques et facteurs existants, tels que l'âge, le sexe, le niveau d'éducation, l'expérience antérieure et l'impact culturel. Il est également nécessaire de connaître l'impact réel de ces facteurs lors d'une évacuation.

Dans cette optique, Drager Safety AG & Co. KGaA rapporte qu'il existe trois mythes (idées fausses) sur le comportement humain en cas d'urgence, notamment

1) Les employés réagissent immédiatement à une alarme, ce qui signifie qu'en cas d'urgence, les gens attendent des signaux supplémentaires, discutent entre eux pour savoir s'il s'agit d'une fausse alarme ou d'une alarme test et perdent ainsi des secondes qui peuvent faire la différence entre la vie et la mort.

2) Dès que les gens découvrent qu'une alarme est réelle, ils paniquent, alors qu'en réalité, la panique n'est ni une réaction automatique ni une réaction particulièrement typique.

Et enfin :

3) Dans l'événement réel, tout le monde ne pense qu'à se sauver.

 

En revanche, surtout dans les situations extrêmes, l'homme se manifeste comme un être fondamentalement social.

 

La question que l'on peut se poser maintenant est la suivante : si les gens ne paniquent pas en cas d'incendie, que font-ils réellement ?

Le comportement des occupants, comme le propose Proulx (2001), diffère en fonction de trois éléments majeurs :

a) les caractéristiques des occupants qui comprennent le profil des occupants tels que l'âge, la mobilité, les connaissances, l'expérience, la condition de la personne au moment de l'événement, la personnalité et les styles de prise de décision, et enfin, le rôle des occupants dans le bâtiment peuvent expliquer les différentes réponses.

b) les caractéristiques du bâtiment, qui englobent les types d'occupation, l'architecture du bâtiment, les activités qui s'y déroulent au moment de l'incendie et, enfin, les dispositifs de sécurité incendie du bâtiment, et

c) les caractéristiques de l'incendie qui sont fortement liées à la perception et à l'interprétation de la situation par les personnes.

Par exemple, la perception d'une odeur de fumée déclenchera une réaction différente de la vision directe de l'incendie. Le concept d'engagement qui est décrit comme le fait que les gens s'engagent à poursuivre leur activité même lorsqu'ils réalisent qu'il y a un incendie peut être une autre cause.

En d'autres termes, les personnes ont décidé de mener à bien une activité spécifique et sont réticentes à porter leur attention sur quelque chose d'autre.

 

Le tableau suivant de Proulx (2001) représente les facteurs influençant le comportement humain en cas d'incendie :

 

Table 1

 

Table 1 B

 

De plus, la prise de décision lors d'un incident d'incendie diffère de la prise de décision quotidienne. Dans les situations d'urgence et de stress, la personne sent généralement que les décisions doivent être prises rapidement alors que les informations disponibles, sur lesquelles elle doit se baser pour prendre les décisions, peuvent être très limitées ou écrasantes. Par conséquent, un comportement tel que la fuite, qui peut sembler désorganisé pour l'observateur, peut en fait être la réponse la plus rationnelle, logique et correcte au stimulus menaçant perçu par l'occupant qui évacue.

 

Cinq modèles de comportement humain :

Selon la notion de Quarantelli (1980), en ce qui concerne le comportement humain et le processus d'évacuation en cas d'incendie et d'urgence, il existe cinq modèles de comportement manifestés par les gens.

Il s'agit de l'avertissement, du mouvement de retrait, de l'abri et du retour.

- L'avertissement Les modèles font référence au comportement des individus qui deviennent attentifs aux menaces possibles ou qui apprennent les ramifications réelles.

- Les retrait mouvement schémas font référence à la partie du processus d'évacuation qui se rapporte au comportement physique réel de fuite.

- Les modèles d'abri sont connus comme les comportements au lieu de refuge.

- Enfin, les retour modèles concernent le comportement de la personne évacuée lorsqu'elle quitte le refuge et retourne dans la plupart des cas dans la zone de départ initiale.

 

Fully involved generic highrise fireSystèmes de sécurité et de protection contre l'incendie des bâtiments

Au début de la présente étude, il a été déclaré que la plupart des décès dus aux incendies de bâtiments sont dus au fait que les systèmes de sécurité et de protection contre les incendies dans un grand nombre de bâtiments sont mis en place sur la base de fausses attentes quant au comportement et à la réaction réels des occupants du bâtiment face à une urgence telle qu'un incendie.

Les codes du bâtiment et de prévention des incendies sont traditionnellement prescriptifs, c'est-à-dire qu'ils spécifient de manière inflexible les exigences minimales précises pour les bâtiments.

Les approches prescriptives reposent sur l'application d'un ensemble prédéterminé de règles et de règlements qui, s'ils sont respectés, limitent le risque de la conception à un niveau acceptable. Les améliorations apportées aux codes descriptifs se font progressivement, généralement à la suite d'incidents et d'études de cas passés. L'importance primordiale de tous les codes prescriptifs de sécurité incendie est qu'ils sont conçus pour protéger contre la répétition d'événements historiques. Parce qu'ils sont réactifs, les codes prescriptifs reflètent implicitement les théories naïves historiquement répandues sur les comportements humains en cas d'urgence. Par exemple, la croyance selon laquelle les gens paniquent ou se comportent de manière irrationnelle et illogique était une théorie prédominante mais non valide.

Contrairement aux codes prescriptifs, les codes axés sur la performance sont conçus pour faciliter les solutions techniques aux problèmes de conception. La méthodologie basée sur la performance exige la quantification du temps d'évacuation sûr disponible (ASET) et du temps d'évacuation sûr requis (RSET) pour déterminer le degré de sécurité des personnes.

Comme pour les codes prescriptifs, les approches des codes basés sur la performance présentent également des problèmes. Elles reposent sur des hypothèses concernant les caractéristiques des occupants, ce qui fait que ces approches sont sujettes à l'invalidité et à la naïveté des théories qui sous-tendent les dispositions prescriptives. Dans le domaine de l'ingénierie de la protection contre l'incendie, l'opinion dominante est que les occupants d'un bâtiment sont censés l'évacuer lorsqu'ils entendent les signaux d'alarme.

L'approche de la conception qui repose exclusivement sur des hypothèses relatives aux caractéristiques humaines est également sujette à caution en ce qui concerne l'intégration du comportement humain dans la conception des bâtiments, que l'approche soit prescriptive ou basée sur la performance.

Ce qu'il faut retenir ici, c'est que les solutions de conception basées sur la performance sont probablement le meilleur moyen d'intégrer pleinement le comportement humain dans les conceptions conformes aux codes. Néanmoins, les approches de code basées sur la performance doivent établir des "objectifs de performance" pour les personnes qui permettent les capacités d'adaptation humaines. En concevant des bâtiments qui soutiennent des objectifs de performance pour les personnes, nous pourrons également faire des prédictions plus précises et plus fiables du comportement humain et des temps de réaction.

 

Retard dans la réponse effective des personnes en cas d'urgence

À ce stade, il convient d'examiner les causes et les facteurs ayant un impact sur le retard et la réaction tardive que les gens manifestent habituellement face à une situation d'incendie en ce qui concerne l'évacuation du bâtiment. Un certain nombre d'études de cas et d'expériences passées ont révélé que les occupants d'un bâtiment, lorsqu'ils sont exposés à une alarme et à des avertissements d'urgence, ne semblent le plus souvent pas en tenir compte et ne réagissent pas à la menace éventuelle aussi rapidement qu'ils sont censés le faire. Cela étant, pour trouver une réponse aux raisons qui poussent les gens à se comporter ainsi, nous devons examiner la question sous différents angles. À cette fin, le premier aspect, et le plus important, est d'examiner comment les occupants d'un bâtiment prennent leurs décisions afin qu'ils puissent mettre en œuvre ce qu'ils ont décidé en réponse aux menaces d'alerte auxquelles ils sont confrontés. Kuligowski (2009) affirme que toute action réalisée dans une situation est le résultat d'un processus comportemental ou décisionnel, plutôt que le résultat d'un hasard ou même d'actions résultant directement d'un changement dans l'environnement (c'est-à-dire une relation stimulus-réponse). S'appuyant sur des recherches sur l'évacuation d'incendies de bâtiments, il poursuit en disant qu'avant d'effectuer une action, les gens perçoivent certains indices, interprètent la situation et les risques, puis, sur la base de ces indices, prennent une décision sur ce qu'ils doivent faire en fonction de leurs interprétations.

Par conséquent, chaque action entreprise par les occupants d'un bâtiment est influencée par ce processus de décision. Dans un incendie de bâtiment, les phases et les facteurs qui influencent chaque action sont attribués aux occupants du bâtiment, au bâtiment lui-même et à l'incendie. Dans la phase de perception, les occupants du bâtiment peuvent percevoir des indices physiques et sociaux externes et des stimuli de leur environnement. Les flammes, la fumée, la chaleur sont des exemples d'indices physiques, et parmi les indices sociaux, on peut citer les discussions, les réactions des autres, etc. Dans la phase d'interprétation, les occupants tentent d'interpréter les informations et les stimuli fournis et perçus pendant la phase de perception. Pendant la phase d'interprétation, les occupants interprètent ou définissent à la fois la situation et le risque et la menace pour eux-mêmes et/ou pour les autres. Dans la phase de prise de décision, les occupants décident de ce qu'il faut faire ensuite en fonction de leurs interprétations des situations d'urgence. Enfin, dans la dernière phase du processus comportemental, les occupants peuvent effectuer l'action qu'ils ont décidée lors de la phase de prise de décision.

Selon Gwynne et al, une théorie basée sur les méthodes des sciences sociales est la théorie de la norme émergente (ENT), c'est-à-dire que les individus doivent faire un effort de collaboration pour trouver un sens à des situations nouvelles ou inconnues, souvent sous pression. En d'autres termes, dans une situation d'urgence telle qu'un incendie de bâtiment, les individus interagissent collectivement pour créer un ensemble de normes émergentes spécifiques à la situation afin de guider leur futur ensemble de normes. C'est là qu'apparaît un autre terme, le "Milling", qui désigne un processus de communication par lequel les individus se réunissent pour définir la situation, adopter de nouvelles normes comportementales appropriées et rechercher des actions concertées afin de trouver une solution au problème commun dont ils disposent. Une autre théorie introduit le modèle de décision d'action de protection (PADM) qui fournit un processus décrivant le flux d'informations et la prise de décision ayant un impact sur les actions de protection prises en réponse à des catastrophes naturelles et non naturelles. Le PADM postule que les indices provenant de l'environnement physique et social, tels que la vue de la fumée et les messages et avertissements d'urgence, s'ils sont pris et perçus comme une menace, peuvent interrompre les activités normales du destinataire. Par conséquent, la personne doit d'abord recevoir le(s) indice(s), y prêter attention, puis le(s) comprendre. Ces trois étapes sont connues sous le nom de "processus pré-décisionnel".

L'une des raisons pour lesquelles les occupants d'un bâtiment tardent à réagir de manière dangereuse, voire mortelle, peut être due au fait qu'en général, du point de vue des gens, la non-évacuation est préférable à l'évacuation (Quarantelli, 1990). Même lorsqu'un message d'alerte est clairement perçu comme une menace valide et socialement acceptée, il peut y avoir une réticence à évacuer le bâtiment. Ce n'est pas parce que les gens sont paralysés à la vue d'une urgence. Au contraire, les occupants soumis à un stress s'efforcent généralement de considérer quelle serait l'option de comportement le moins atypique socialement dans la situation. En conséquence, il arrive parfois que l'on décide de manière générale et collective que la réponse et le comportement doivent être autre chose qu'une évacuation du lieu. En d'autres termes, même lorsque les gens se sentent en danger et menacés, ils s'efforcent autant qu'ils le peuvent de conserver leurs manières traditionnelles et routinières de se comporter et de ne pas attirer l'attention sur eux d'une manière atypique et inhabituelle. Quarantelli (1990) continue de suggérer que, dans certaines occasions, la réticence à quitter le bâtiment peut être due au fait qu'il manque au message d'avertissement et de menace le deuxième élément convaincant pour qu'il soit efficace et que les gens le prennent aussi sérieusement qu'ils le devraient. "Pour susciter une réaction appropriée, un avertissement ne doit pas seulement signifier qu'il y a un danger, mais aussi ce qu'il faut faire dans cette situation" (P. 7). L'absence d'évacuation peut être simplement due au fait que l'alerte n'a pas transmis le message explicite sur la manière de prévenir, d'éviter ou de minimiser l'urgence et la menace.

 

Conclusion

Sur la base de ce qui précède, la panique peut être considérée comme un événement très rare et non comme une réponse typique à la perception d'un danger. En fait, il serait très difficile d'évoquer un vol panique. Le comportement de panique requiert certaines conditions spécifiques telles que la perception qu'il est possible de s'échapper et de sortir d'une situation très mortelle et immédiatement menaçante. Par conséquent, les messages d'avertissement qui sont perçus par les occupants d'un bâtiment comme étant valables et socialement confirmés, ne donnent pas lieu à l'oubli, à la négligence et à l'abandon des rôles et responsabilités routiniers et traditionnels (Quarantelli, 1990). Le comportement pendant l'évacuation d'un bâtiment en cas d'incendie est influencé par le processus comportemental qui comporte différentes composantes et phases, à commencer par les indices et les stimuli physiques et sociaux sur lesquels les gens peuvent agir et qui nécessitent également une perception, une interprétation, une prise de décision et enfin une action.

Il n'y a pas beaucoup de preuves concrètes sur la panique de masse en cas d'urgence et sur un quelconque comportement égoïste. Au contraire, les risques associés aux foules sont généralement dus aux contraintes physiques et au manque d'informations plutôt qu'à leur égoïsme inhérent.

Sur la base des différents aspects de la discussion fournie, nous devons apprendre à concevoir des objectifs de performance humaine qui soient compatibles avec les buts que les gens essaient normalement de poursuivre en cas d'incendie d'un bâtiment. Nous devons également apprendre à intégrer les objectifs de performance humaine dans une représentation holistique de la manière dont les systèmes de prévention et de protection contre l'incendie des bâtiments, y compris les plans des bâtiments, les systèmes de protection contre l'incendie actifs et passifs, les caractéristiques des occupants et les procédures conçues, travaillent main dans la main pour atteindre les objectifs de conception de haut niveau.

Par conséquent, nous, qui avons la responsabilité de la sécurité de nos communautés, devons fournir des informations véridiques et précises dont les gens ont besoin pour prendre des décisions vitales.

En outre, les classifications d'occupation utilisées dans les règlements de sécurité incendie doivent être basées sur les caractéristiques appropriées des occupants et non, par exemple, uniquement sur la charge d'incendie/la gravité de l'incendie. Il est donc plus efficace et plus pratique d'apprendre ce que les gens ont tendance à faire réellement et naturellement en cas d'urgence et de planifier en fonction de cela plutôt que de concevoir votre plan et d'attendre ensuite que les gens s'y conforment.

 

(Cet article a été édité et formaté pour l'Internet par Bjorn Ulfsson)

 

Références

Almeid, J., et al, (2008). Crowd Simulation Modeling Applied to Emergency and Evacuation Simulations Using Multi-Agent Systems, Introduction.

Clarke, L. (2002). Panic : Myth or Reality ? 21-25.

Cocking, C. (2008). Don't Panic ! Le comportement de la foule dans les situations d'urgence : Implications for professional, London Metropolitan University.

Fahy, R.F. & Proulx, G. (2009). Panic and Human Behavior in Fire, Institut de recherche en construction, NRCC-51384, Conseil national de recherches Canada, Contexte.

 

Gwynne, S.M.V, et al. Human behavior in Fire - Model Development and Application. Conseil national de recherches du Canada : National Institute of Standards and Technology, USA : Arup, UK.

Helbing, D., et al. (2008). Simulation de foules de piétons dans des situations normales et d'évacuation, Institut pour l'économie et le trafic, Faculté des sciences du trafic, Université de technologie de Dresde, Allemagne.

Heide, E. (2004). Idées fausses courantes sur les catastrophes : Panique, "syndrome du désastre" et pillage. Linclon (Neraska), iUniversity Publishing, isbn=0-595-31084-2, 340-364.

Kuligowski, E. (2009). The Process of Human Behavior in Fires, Fire Research Division, National Institute of Standards and Technology, US Department of Commerce. 4-9.

Friberg, M. et Hjelm, M. (2014). Évacuation de masse - Comportement humain et dynamique des foules. Département d'ingénierie de la sécurité incendie, Université de Lund, Suède. 12.

Proulx, G. (2001). Comportement des occupants et évacuation. Conseil national de recherches du Canada, 9e séminaire international sur la protection contre l'incendie, Munich, 1-11.

Quarantelli, E. L. (1975). Panic Behavior : Some Empirical Observations, Disaster Research Center et Department of Sociology, Ohio State University, Columus, Chio 43201, 1-18.

Quarantelli, E. L. (1980). Evacuation Behavior and Prolems, Findings and Implications from the Research Literature. Disaster Research Center. The Ohio State University, Columbus, Ohio 43210.

Quarantelli, E. L. (1986). Organizational Behavior in Disasters. Disaster Research Center, Université du Delaware, 2-15.

Quarantelli, E. L. (1990). The Warning Process and Evacuation Behavior : The Research Evidence, Université du Delaware. Disaster Research Center, 3-10.

Quarantelli, E. L. (1999). Disaster Related Social Behavior : Summary of 50 Years of Research Findings. Disaster Research Center, Université de Delware USA, 1-7.

Quarantelli, E. L. (2001). The Sociology of Panic, Université de Delware, Disaster Research Center, 2-9.

Santos, G., & Aguirre, B. (2004). Une revue critique des modèles de simulation d'évacuation d'urgence. Université de Delware, Disaster Research Center, 5-42.

Tingguang, M. (2011). L'utilité d'un modèle de panique sur la simulation des catastrophes de foule. Department of Fire Protection and Safety Tech, Oklahama State University, 2-6 .

 

Crédits photos : Toutes les illustrations (sauf le tableau graphique 1) sont génériques et fournies par Pixabay.com et Pexel.com.