fr
Select language
Screen shot of the Guardian´s YouTube video form the petrochemical fire in Texas.
03 Dec 2019

60 000 personnes obligées d'évacuer lors d'un gigantesque incendie pétrochimique au Texas

fr
Select language

Quatre villes du Texas ont été évacuées mercredi dernier en raison d'un gigantesque incendie dans une usine pétrochimique à Port Neches. Les autorités texanes déclarent que 60 000 personnes ont été contraintes de fuir leur domicile.

Des flocons de suie noire volaient dans l'air et les autorités chargées des incendies demandaient instamment aux gens de ne pas y toucher, en raison d'une éventuelle contamination chimique.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, heure locale, les habitants de Port Neches, au Texas, ont été réveillés par une violente explosion, provoquée par l'embrasement d'une usine pétrochimique de la ville.

Plus tard dans la journée, il a été annoncé que 60 000 personnes avaient été contraintes de quitter leur domicile après qu'une deuxième explosion se soit produite. Quatre villes devaient être vidées de leurs habitants, rapporte Reuters.

"Le truc noir qui flotte dans l'air, n'y touchez pas", a déclaré à ABC News Troy Monk, responsable de la sécurité et de l'environnement chez TPC Group, qui possède l'usine.

Selon le bureau de presse de l'agence Reuters, le site de Port Neches, au Texas, a brûlé pendant six jours après l'explosion qui a blessé trois travailleurs et entraîné l'évacuation d'environ 60 000 résidents en raison des craintes que les réservoirs de stockage ne prennent feu et n'explosent.

L'incendie a toutefois été rapidement maîtrisé et les autorités ont autorisé les résidents à regagner leurs foyers dès vendredi.

L'usine pétrochimique texane, qui brûlait encore lundi, sera hors service pendant une période prolongée, selon une lettre adressée aux travailleurs et consultée par Reuters.

Le directeur général du groupe TPC, Edward Dineen, a déclaré aux quelque 175 travailleurs de l'usine qu'ils seraient payés jusqu'à la fin de l'année, mais que l'usine, qui fabrique des produits chimiques utilisés dans le caoutchouc synthétique et l'essence, fermerait ses portes "pour une période prolongée", selon la lettre adressée vendredi au personnel.

Une porte-parole de PTC n'était pas immédiatement disponible pour discuter du message de M. Dineen.

D'ici la fin de l'année, "si ce n'est plus tôt, nous espérons avoir une meilleure maîtrise de la situation à (Port Neches), y compris les besoins de l'équipe de rétablissement et les besoins potentiels de l'équipe de reconstruction", a déclaré M. Dineen dans sa lettre aux travailleurs.