fr
Select language
Firefighting and cancer
16 Dec 2019

"Les preuves du cancer des pompiers sont claires. Qu'est-ce que la direction et la WHS attendent ?"

fr
Select language

"Qu'est-ce qu'on attend ?" demande Shan Raffel, l'un des meilleurs instructeurs CFBT au monde, sur sa chaîne YouTube à propos de cette vidéo, qui permet de rappeler la question du cancer des pompiers et les recherches récentes liant la toxicité de la fumée et de la suie à plusieurs maladies liées au travail.

 
Édité par le coordinateur de l'information du CTIF, Björn Ulfsson
La vidéo ci-dessus est un court résumé de 3 minutes sur les toxines auxquelles les pompiers sont exposés lors des interventions et des formations, et sur les mesures relativement simples que la direction peut mettre en œuvre pour aider à minimiser cette exposition en adoptant des routines d'hygiène appropriées pour le nettoyage des outils contaminés, des tenues d'intervention à dégagement gazeux et des casques à suie.
La vidéo ci-dessous, "From Knowledge to Practice" (de la connaissance à la pratique), traite d'un projet d'enseignement international à Ottawa, au Canada, dans le cadre duquel plusieurs concepts de l'iCFBT relatifs à la formation des pompiers, originaires de Suède, ont été transposés dans un contexte nord-américain de lutte contre les incendies. Vers la fin de la vidéo, certaines techniques de base de nettoyage et de manipulation des équipements d'incendie sales sont décrites, ainsi qu'un résumé des raisons de le faire, décrites par le chef de projet Peter McBride en 2016.

 

"Les preuves sont très claires. Tous les services d'incendie du monde devraient pratiquer la gestion des zones chaudes/chaudes/froides et la décontamination brute de base du terrain d'incendie. Cela ne coûte rien et peut réduire considérablement l'exposition des pompiers aux substances cancérigènes et tératogènes telles que les COV et les HAP qui s'accumulent dans l'EPI et le CPP après l'exposition à des feux de structure", écrit Shan Raffel, formateur international encomportement du feu de Brisbane, en Australie.

Toutefois, le concept consistant à nettoyer les casques, les équipements de bunker et les outils déjà sur le lieu de l'incendie, avant de ramener les équipements sales dans le camion ou la station, n'a rien de nouveau. La méthode de travail "Healthy Firefighters" a été mise au point en Suède au début des années 2000 et a été développée principalement dans certaines régions du Canada, des États-Unis, de l'Australie et de la Belgique.

Cependant, même si le concept est simple, la mise en œuvre des procédures adéquates demande des efforts et de la détermination et implique de prévoir du temps supplémentaire après l'intervention.

Paradoxalement, ce sont souvent les pompiers eux-mêmes qui résistent au travail et aux effortssupplémentaires nécessaires pour éviter que les contaminants ne se retrouvent sur leur corps et hors de la caserne après les interventions. C'est pourquoi il faut souvent une forte détermination de la part de la direction pour non seulement encourager mais aussi faire respecter les procédures de nettoyage et de manipulation des engins d'incendie usagés.

Il est établi depuis longtemps qu'il existe un lien entre la profession de pompier et le risque de souffrir de maladies graves. En 2007 déjà, l'Organisation mondiale de la santé a établi le lien entre la profession de pompier et diverses formes de cancer - cancer des testicules, cancer de la prostate et cancer du système lymphatique.

Stefan Magnusson and David Hultman
Text by Stefan Magnusson and David Hultman. Photos by Johan Eklund, except for page 19, David Hultman and page 25, Claes-Håkan Carlsson.

Ce résultat a été obtenu par un groupe de travail composé de 24 chercheurs de dix pays différents (Straifet al. 2007).

Extrait du livre Healthy Firefighters, deStefan Magnusson et David Hultman :

"De nombreuses questions restent sans réponse et l'ambiguïté entoure la question de savoir comment les pompiers sont affectés par leur environnement de travail au fil du temps. Le contexte est complexe, car de nombreux facteurs différents se combinent pour affecter la santé des pompiers.

Selon les recherches, les risques pour la santé qu'entraîne la situation de travail des pompiers ne conduisent pas seulement au cancer, mais à d'autres problèmes de santé tels que les troubles de la fertilité, les maladies cardiovasculaires, l'asthme et les allergies (LeMasters et al. 2006).

Si l'on résume la situation des pompiers, on peut distinguer un certain nombre de facteurs de santé qui sont connus et bien documentés."

Cet article représente les chapitres 1 et 2 du livre Pompiers en bonne santé. Vous pouvez télécharger l'intégralité de l'ouvrage au format PDF sur CTIF.org ici

"Les pompiers travaillent souvent en équipe avec des horaires irréguliers et donc des schémas de stress irréguliers.

Les pompiers s'exposent à des contraintes physiques et thermiques extrêmement dures pendant de courtes périodes.

Être pompier est associé à une identité plutôt qu'à une profession, ce qui conduit à un emploi de longue durée.

Cela constitue à son tour la base des maladies professionnelles.

Personne ne peut savoir exactement à quelles substances ou combinaisons de substances les pompiers sont exposés, ni dans quelle mesure ils le sont. Pour les substances inconnues, il n'existe pas de valeurs seuils hygiéniques. Il n'est pas possible d'établir quelle dose ou combien de temps un individu doit être exposé à des particules de gaz combustibles inconnus pour que cela soit nocif.

Il est donc difficile d'instaurer des contrôles sanitaires qui permettent de détecter rapidement une maladie imminente. Certaines des méthodes de diagnostic disponibles aujourd'hui pour ces types de maladies ne sont pas encore au point et ne sont pas entièrement fiables. Le test PSA pour le cancer de la prostate en est un exemple (Cooper et al. 2004).

Les tentatives de diagnostic précoce de la maladie peuvent donc conduire à des traitements médicaux inutiles et à l'anxiété de l'individu. Les types de cancer concernés ici sont difficiles à anticiper et à détecter dans leurs stades préliminaires. En même temps, le lien entre un risque accru de maladie et la profession de pompier a été prouvé. (LeMasters et al. 2006).

Une conclusion raisonnable de ceci doit donc être qu'il est important de minimiser les occasions où les pompiers entrent en contact avec des matières et des substances inconnues. Théoriquement, il devrait être possible de protéger complètement les pompiers de l'exposition aux substances nocives.

Dans la pratique, cependant, les pompiers qui se rendent sur les lieux d'un accident/incendie sont parfois contraints d'entrer dans un environnement de travail extrêmement malsain s'ils veulent être en mesure d'effectuer leur travail. De telles situations ne se produisent pas seulement lors d'incendies importants et spectaculaires, mais aussi lors d'incidents plus petits et plus quotidiens.

Ces incidents quotidiens sont si fréquents qu'ils constituent probablement la majeure partie de l'exposition totale aux substances nocives. Même si l'employeur utilisait tous les moyens disponibles pour améliorer la situation des pompiers, l'environnement de travail ne pourrait pas être totalement stérile et exempt de situations et de particules nocives. Toutefois, avec du bon sens et des outils simples, il est possible d'obtenir de nettes améliorations pour les pompiers.

Jusqu'à présent, il manquait une compilation de mesures efficaces pour réduire la quantité de substances étrangères dans l'environnement de travail des pompiers. Ce livre contient des exemples et des conseils solides sur la manière dont les pompiers et les organisations peuvent améliorer l'environnement de travail avec des moyens très simples et ainsi améliorer la santé des pompiers.

Le projet "Healthy Firefighters" et le modèle de Skellefteå
La Suède n'est pas une exception lorsqu'il s'agit des problèmes auxquels sont confrontés les pompiers dans le monde entier. L'environnement de travail des pompiers est un problème mondial et plusieurs types de cancer sont classés comme maladie professionnelle pour les pompiers au Canada, en Australie et dans certaines parties des États-Unis (Forrest, A.2012).

Des mesures énergiques sont nécessaires afin d'apporter des changements rapides et adéquats à la situation actuelle. En 2006, les organisations suédoises d'employés et d'employeurs se sont réunies sur cette question dans le cadre d'un projet de collaboration qui a pris le nom de "Friska brandmän" (pompiers en bonne santé).

Dans une caserne de pompiers de taille moyenne située dans le nord du pays, un modèle a été créé dans le cadre du projet pour faire face aux risques pour la santé. Cette méthode de travail a été baptisée "modèle Skellefteå", du nom du service d'urgence où elle a été mise au point.

Le modèle de Skellefteå a reçu le prestigieux "prix de la bonne pratique" de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail en 2011 et a ainsi acquis une renommée et une reconnaissance internationales. En collaboration avec l'Institut syndical européen (ETUI), la Fédération syndicale européenne des services publics (FSESP) a inscrit le modèle Skellefteå dans son programme d'action depuis 2012. Le programme nomme le modèle "modèle Skellefteå". Le modèle Skellefteå est également appelé "The Swedish Way" dans des contextes internationaux.

Focus sur l'exposition à des substances inconnues
Ce livre examine le lien entre la profession de pompier et le risque de souffrir d'une maladie grave à la suite d'une exposition répétée à des substances nocives inconnues. Il examine également les mesures proposées pour y faire face."

 

Cet article représente les chapitres 1 et 2 du livre Des pompiers en bonne santé. Vous pouvez égalementtélécharger l'intégralité du livre en format PDF sur CTIF.org ici