fr
Select language
Nicole Hladic took her own life at age 27 after a shift change at the fire station, and the family is demanding answers. Photo by the Nicole Hladik Memorial page.
04 Nov 2020

L'inégalité dans les services d'incendie reste un sujet brûlant dans le monde entier

fr
Select language

CTIF Women Logo"Nous devons admettre que cela existe chez nous"

Malgré des mouvements comme #metoo et Black Lives Matter, les rapports médiatiques des pompiers du monde entier racontent encore d'innombrables histoires de graves problèmes d'inégalité entre les sexes, de racisme, de sexisme et d'intimidation sur le lieu de travail - des problèmes qui peuvent conduire à la dépression, à l'abandon de la profession par les employés, voire au suicide.

Photo ci-dessus : Nicole Hladic s'est suicidée à l'âge de 27 ans après un changement d'équipe à la caserne de pompiers, et la famille exige des réponses. Photo prise par la page commémorative de Nicole Hladic.
Vidéo ci-dessus : Un pompier noir a été interpellé parce qu'il était noir alors qu'il faisait son travail en uniforme, comme le rapportent Ana Kasparian et Brett Erlich, animateurs de The Young Turks.
Il s'agit d'un condensé d'ouvrages écrits sur le thème de l'égalité dans divers médias, rassemblés par Björn Ulfsson (coordinateur de la communication du CTIF) et Mira Leinonen, présidente de la Commission du CTIF pour les femmes dans les services d'incendie et de secours.

En savoir plus sur l'intimidation et le harcèlement

Andrew Seicol est le chef des pompiers du North White Plains Fire Department à Westchester, New York. Il est pompier depuis près de 15 ans, et chef de service depuis six ans. Seicol est titulaire d'une maîtrise en administration publique avec une concentration en gestion des urgences du John Jay College of Criminal Justice.

Dans un récent article paru dansFireRescue1, M. Seicol met tout le monde au défi d'ouvrir les yeux et d'élargir ses horizons sur ce qui se passe à l'intérieur et à l'extérieur de sa communauté. Ce n'est pas parce que vous ne le voyez pas dans votre petite caserne que cela n'existe pas si vous creusez et regardez plus loin que vos collègues les plus proches.

"Nous devons admettre que cela existe chez nous", dit-il.

Alors qu'au départ, il ne croyait pas que ces problèmes existaient dans les services d'incendie, ces derniers mois, Seicol rapporte qu'il a été forcé de reconnaître que de graves problèmes existent après avoir lu d'innombrables messages sur les médias sociaux et des articles sur le sujet provenant de tous les États-Unis et au-delà.

"Ce que j'ai appris [...], c'est que les organisations comme les individus doivent faire un meilleur travail pour écouter les personnes touchées et assumer leur rôle dans ce problème. Nous devons condamner le racisme institutionnel et reconnaître notre rôle dans son existence continue, quelles que soient nos relations individuelles et organisationnelles. Cela ne résoudra pas le problème de manière absolue, mais je peux garantir que sans cette étape, il n'y aura pas de progrès", a-t-il écrit dans sonarticle"Le racisme institutionnel dans les services d'incendie " publié le 8 juin dans FireRescue1 Voices POV.

"Ils peuvent travailler dur et réussir le test physique, mais s'ils ne sont pas fans de hockey... il est difficile de réussir l'évaluation de la station et l'entretien avec le jury."

Au Canada, la chroniqueuseElise Stolte de l'Edmonton Journal affirme que "les femmes, les Noirs et les pompiers indigènes sont confrontés à un parcours difficile au sein du service d'incendie d'Edmonton", dans un article d'opinion du 6 octobre 2020 :

"Parce que le service de secours des incendies d'Edmonton a tendance à embaucher plus d'un type de personnalité, de race et de sexe, il y a peu de diversité. Quiconque est différent peut s'attendre à lutter contre les ragots, les calomnies, les épaules froides, la misogynie et les insultes raciales pendant des années", écrit-elle.

Selon l'article, "moins d'un pour cent des pompiers de première ligne à Edmonton sont des femmes. Moins de sept pour cent s'identifient comme une minorité visible, contre 37 % pour l'ensemble de la communauté.

Samuel Lodenquai, un pompier noir canadien d'Edmonton AB, qui a démissionné en signe de frustration au printemps dernier, aurait travaillé dans le domaine du recrutement et de la formation. Selon lui, les personnes issues des communautés noires, autochtones et d'autres minorités postulent, tout comme de nombreuses femmes. Cependant, les statistiques montrent que très peu d'entre eux réussissent :

"Ils peuvent travailler dur et réussir le test physique, mais s'ils ne sont pas des fans de hockey et des habitants d'Edmonton de longue date, il est difficile de passer l'évaluation de la station et l'entretien avec le jury", dit-il.

Lodenquai affirme que les insultes raciales sont utilisées en haut de la chaîne de commandement à Edmonton. Selon lui, le racisme s'est aggravé après que la ville a introduit uneformation obligatoire de sensibilisation aux questions autochtones.

Et même si ce n'est qu'un petit pourcentage d'employés qui sont racistes, ce sont souvent eux qui donnent le ton parce qu'ils sont bruyants et obstinés dans leur refus de laisser tomber leurs habitudes et leurs croyances.

Dans un article paru le 24 septembre sur Firerescue1, un pompier américain d'origine asiatique aurait poursuivi son chef de service pour avoir tenu des propos racistes concernant le COVID-19 :

Le pompier Timothy Burkhard du New Jersey affirme dans sa plainte déposée contre son chef adjoint des pompiers que pendant la formation en mars, le chef avait fait des "commentaires racistes sur les Asiatiques" et avait demandé "en se moquant" à Burkhard s'il avait récemment été à Wuhan, en Chine, tout en plissant les yeux "de façon à ce qu'ils se rétrécissent dans une caricature raciste des traits du visage asiatique",selon le Bridgewater Courier News.

"Peu de temps après le suicide de ma femme Nicole, le ministère m'a fait la promesse que tous les efforts pour éduquer et remodeler la culture de cette profession dominée par les hommes seraient réalisés..."

Le suicide peut être le prix ultime

En 2016, l'histoire d'une femme pompier,Nicole Mittendorff, a fait la une des journaux sur tout le continent nord-américain.

Des conversations en ligne prétendument très grossières et condescendantes sur le corps de leurs collègues, leur vie sexuelle, leurs capacités en tant que premiers intervenants ont poussé Mittendorff às'enlever la vie dans le comté de Fairfax :

Depuis lors, les pompiers et le personnel paramédical du comté de Fairfax ont suivi des formations et des séminaires de sensibilisation. Le service d'incendie a même nommé un directeur spécial chargé de lutter contre le sexisme et le harcèlement sexuel qui y sévissent.

À l'échelle nationale, d'autres personnes ont espéré que le suicide de la pompière de Fairfax Nicole Mittendorff en 2016 serait la"cloche d'incendie dans la nuit" pour aider à mettre fin à l'intimidation.

Cependant, deux ans plus tard, en 2018, le Washington Post a écrit qu'une des femmes les plus haut placées du comté de Fairfax, la chef de bataillon Kathleen Stanley, en a finalement eu assez après que des pompiers masculins aient été surpris en train d'intimider leurs collègues féminines en laissant une bouteille d'eau en forme de pénis dans la salle du personnel. Cette mesure aurait été prise en réponse à des plaintes concernant d'autres formes antérieures de sexisme dans la caserne.

Stanley avait déjà mené ce combat auparavant ; elle a intenté une action en justice en 2005, lorsqu'elle et d'autres femmes ont contesté un modèle de discrimination et de harcèlement au sein de la direction de l'organisation.

L'"incident de la bouteille à pénis" est survenu deux ans après que la station a connu lesuicide de Nicole Mittendorff en 2016, qui avait été soupçonné d'être le résultat d'une intimidation sexiste :

"Peu de temps après le suicide de ma femme Nicole, une promesse m'a été faite par le département que tous les efforts pour éduquer et remodeler la culture de cette profession dominée par les hommes seraient respectés ; en fin de compte, pour fournir à chaque femme ou homme un lieu de travail sûr, exempt de harcèlement par les autres et ouvert à un changement progressif", a écrit son mari veuf Steve Mittendorff dansune déclaration obtenue par WTOP.

Mais le changement ne serait jamais venu.

La chef de bataillon Kathleen Stanley, qui avait été nommée directrice du programme pour les femmes du département à la suite du suicide de Mme Mittendorff, a démissionné de ce poste, frustrée par le refus du département de changer.

"Cette position est pour le spectacle, sans autorité légitime, sans respect et sans valeur", a écrit Stanley danssa lettre de démission.

Il est parfois difficile de prouver la cause d'un suicide

En juillet 2020, le journal WGN9, basé à Chicago, a écrit sur le suicide d'une jeune femme pompier qui est passée de très heureuse de son travail à très négative peu de temps après un changement de poste à la caserne.

Nicole Hladic, 27 ans, était décrite comme "super active, super en forme, une personne de famille...", par sa famille :

"... nous voulons juste que quelqu'un se penche sur cette affaire, ce n'est pas une accusation. C'est juste que les faits sont les suivants : comment quelqu'un qui était si heureux et qui aimait ce qu'il faisait a-t-il pu passer d'un extrême à l'autre ? Cela n'a tout simplement aucun sens", a déclaré son frère Joseph Hladik.

Au Royaume-Uni, les pompiers noirs affirment qu'ils luttent depuis des décennies

Au Royaume-Uni, des pompiers retraités ont récemment accusé le service d'incendie et de secours du Gloucestershire d'être "institutionnellement raciste".

Nathan Lewis est un pompier noir qui a servi dans le Gloucestershire pendant près de 30 ans avant de prendre sa retraite à 55 ans, en 2019. Maintenant, il a demandé une enquête gouvernementale concernant le racisme systématique qui, selon lui, a toujours existé et continue d'exister sur le lieu de travail :

"Servir ma communauté a été un plaisir, mais travailler dans une organisation comme celle-là est douloureux à cause de ce qui arrive aux gens comme moi.... C'est institutionnellement raciste. C'est archaïque... Ils m'ont fait me sentir sans valeur. Je suis gêné de le dire mais ils m'ont fait me sentir différent, différent de mes collègues qui sont caucasiens", a-t-il déclaré à BBC News le 5 octobre 2020.

Toujours au Royaume-Uni, le premier pompier noir de Hampshire Fire and Rescue, Ludwig Ramsey, raconte toutes les batailles de racisme auxquelles il a été confronté pendant ses deux décennies de carrière :

"Ce ne sont pas tant les collègues sur le terrain qui sont en cause ; le changement doit venir de la direction. Les collègues comprennent que vous avez des défis à relever, mais si ces problèmes ne sont pas abordés au sommet, il ne se passera rien", a-t-il déclaré au quotidien The Andover Advertizer le 26 juillet.

Seulement 2 pompiers noirs sur près de 500 : Les chiffres ne correspondent pas à la démographie de la communauté.

Selon un articleparu dans The Spec.com, le service d'incendie de Hamilton compte 468 pompiers à temps plein, et moins d'un pour cent d'entre eux sont noirs - c'est à peu près le même nombre de pompiers noirs qu'il y a eu dans le servicedepuis les années 1990.

Malgré les engagements officiels d'embaucher au-delà des frontières de la race, du sexe et de la préférence sexuelle, les chiffres n'augmentent pas lorsqu'il s'agit de pompiers diversifiés sur le plan racial. Lorsque Ron Summers a pris sa retraite le mois dernier après 30 ans de service, le nombre de pompiers noirs à temps plein dans le service d'incendie de Hamilton est passé de trois à deux, selon le récent article de The Spec.com.

"Et c'est un problème", déclare Ron Summers, qui a passé plusieurs années en tant que membre exécutif de l'association des pompiers professionnels de Hamilton.

"Les services d'incendie et de secours montrent leur force (ou leur faiblesse) par la façon dont ils traitent les minorités de leur communauté. Mais ce que l'on oublie souvent, c'est ceci : même si un service d'incendie est "diversifié", est-il aussi "inclusif" ? Chaque emploi et chaque poste sont-ils vraiment accessibles à tous, indépendamment de la race, du sexe ou des préférences sexuelles ?"

Les mots ci-dessus sont deMira Leinonen, Finlande , présidente de laCommission du CTIF pour les femmes dans les services d'incendie et de secours depuis 2015.

Lors de leur réunion à Vienne en 2018, la Commission des femmes du CTIF a organisé une table ronde sur le harcèlement et l'intimidation dans les services d'incendie et de secours, sur la base des recherches qu'un réseau suédois de femmes pompiers avait effectuées.

"Il est extrêmement important d'appeler et de traiter de manière appropriée les mauvais comportements autour du harcèlement sexuel et de l'intimidation pour tous les genres et toutes les ethnies. Il est vital de reconnaître que ce problème existe partout (même si nous ne l'entendons pas encore) et nous devons être proactifs", déclare Mira Leinonen.

La nation progressiste qu'est la Suède ne fait pas exception

En 2017, plusieurs médias nationaux suédois ont écrit sur les problèmes de nombreuses brigades de pompiers, des problèmes souvent graves, ce qui en a surpris plus d'un puisque la Suède s'est fait un nom au cours des dernières décennies comme étant à la fois "progressiste et féministe".

Dans le cadre d'une campagne inspirée de #metoo et baptisée #LarmetGår ("L'appel"), plus de 100 rapports ont été reçus en moins d'une semaine sur le sexisme, le racisme et l'intimidation dans les services d'incendie suédois - une organisation où seulement 4 % des effectifs sont des femmes.

Dans l'un des rapports, une femme pompier a déclaré avoir reçu une banane recouverte d'un préservatif, déposée dans son vestiaire lors de son premier jour de travail. Une autre femme a déclaré que l'un de ses officiers l'appelait régulièrement "le trou" lors des entraînements de gymnastique. Une autre femme pompier s'est vu conseiller par ses officiers de fermer sa chambre à clé la nuit parce qu'ils ne pouvaient pas garantir sa sécurité.

L'exposition de photos pornographiques pendant les heures de travail afin de "tester" les collègues féminines était apparemment une pratique courante, tout comme l'attrapage de l'entrejambe et des fesses par des collègues masculins, parallèlement aux manifestations quotidiennes de sexisme, d'homophobie, de transphobie et de racisme.

"Le type qui est allé agiter son pénis dans le couloir, l'officier qui ne lui a pas dit de garder sa braguette fermée ; ils ont maintenant tous les deux gravi les échelons... alors que j'ai démissionné."

C'est ce que quatre femmes pompiers suédoises, qui ont choisi de rester anonymes, ont écrit dans leur manifeste :

"Dans le cadre du mouvement #metoo, nous brisons le silence. Les histoires viennent des pompiers, des ingénieurs du feu, des officiers, des gestionnaires, de l'administration et des fonctionnaires. Nous témoignons ensemble et nous le faisons de manière anonyme. Il y a trop peu de femmes, de personnes non-binaires et de personnes transgenres dans les services de secours pour que nous puissions nous présenter avec nos noms. Nous sommes déjà trop vulnérables en tant que..... Nous aimons notre travail. Nous ne voulons rien de plus que de pouvoir travailler sur un pied d'égalité. Nous savons que le changement est possible. Nous constatons que la situation s'améliore dans les syndicats qui œuvrent activement pour l'égalité des sexes et l'inclusion. Nous avons également de nombreux collègues masculins qui nous soutiennent, qui défendent ce qui est juste. Nous savons aussi que davantage de personnes veulent le faire, mais ne savent pas comment. Commencez par écouter nos histoires... Ceux qui n'écoutent pas l'appel sont des suiveurs : ils contribuent à une culture du silence qui permet les abus. Nous demandons maintenant aux chefs des services de secours, aux politiciens responsables et à nos collègues de soutenir notre appel et d'agir !

# LarmetGår.

Logo CTIF Women

Le CTIF a été très tôt un pionnier en matière de droits des femmes, et les premières réunions sur ce thème ont eu lieu seulement dix ans après la création du CTIF, il y a 120 ans.

Le premier Comité des femmes du CTIF a été créé en 1912, sous la direction deMaria Ermolova(LaPremière Guerre mondiale a interrompu ses activités et le Comité n'a été réformé que 100 ans plus tard. En2012, la version moderne dugroupe de travail du CTIF "Les femmes dans les services d'incendie"a commencé et la première réunion a eu lieu àSaint-Pétersbourg, en Russie.Deux ans plus tard, le groupe de travail a été élevé austatut de Commission :2012 : Groupe de travail du CTIF -- "Les femmes dans les services d'incendie" et 2014 : Commission du CTIF -- "Les femmes dans les services d'incendie et de secours".

Au sein du CTIF, l'Association internationale des services d'incendie, l'égalité et le genre constituent un sujet prioritaire depuis au moins deux décennies. Au sein de la Commission pour les femmes dans les services d'incendie et de secours du CTIF, les questions relatives à l'égalité raciale et à l'égalité des chances pour les personnes ayant des préférences sexuelles différentes sont tout aussi importantes à l'ordre du jour, tout comme leurs efforts pour faire place à davantage de femmes dans les services d'incendie.

CTIF News Banner

Texte Digest par le coordinateur de la communication du CTIF, Björn Ulfsson. Recherches et commentaires de la Commission du CTIF pour les femmes dans les services d'incendie et de secours.