fr
Select language
A cayuko filled with African migrants on the Mediterranean sea, intercepted by KBV 001 Poseidon / Photo by Swedish Coast Guard
03 Feb 2019

Six réfugiés meurent chaque jour en Méditerranée - malgré la baisse du nombre de migrants

fr
Select language

Le nombre de réfugiés qui tentent de rejoindre l'Europe par la Méditerranée diminue, mais leurs voyages sont toujours dangereux et souvent mortels. En moyenne, six personnes par jour meurent en mer, selon un nouveau rapport de l'ONU.

"Malheureusement, la coopération efficace entre les différents pays est très lente à venir", déclare Didzis Melbiksis au HCR.

On estime que 2 275 réfugiés et migrants sont morts en Méditerranée l'année dernière, indique le rapport du HCR pour 2018.

Ce chiffre est d'autant plus alarmant que le nombre de décès est élevé malgré le fait que moins de personnes tentent de traverser la mer pour rejoindre l'Europe.

Au total, 139 300 personnes sont arrivées en Espagne, en Italie et en Grèce l'année dernière. La plupart sont arrivées par la mer. C'est le chiffre le plus bas depuis cinq ans, et à comparer avec un peu plus de 172 000 personnes en 2017 et un peu plus d'un million pendant l'année de crise de 2015.

Un taux de mortalité plus élevé

Bien que le nombre total de décès diminue, la situation reste sombre. La plupart des victimes de l'année dernière, soit 1 100 personnes, avaient voyagé dans des bateaux depuis la Libye. À au moins dix reprises, plus de 50 personnes se sont noyées en un seul incident.

"Si nous regardons ceux qui viennent de Libye et qui essaient de rejoindre l'Europe, un sur 14 qui sont morts. C'est un pourcentage très élevé. En 2017, c'était un sur 38, donc le taux de mortalité est devenu plus élevé", explique Didzis Melbiksis, porte-parole du HCR en Europe du Nord.

Particulièrement dangereuse, la route à travers la Méditerranée occidentale vers l'Espagne, où le nombre de décès est passé de 202 en 2017, à 777 en 2018.

"Une question de volonté politique"

Didzis Melbiksis souligne que non seulement le nombre de réfugiés en bateau sur la Méditerranée a fortement diminué, mais aussi le nombre total de demandeurs d'asile en Europe.

"La situation est tout à fait gérable. C'est une question de volonté politique. Si nous avons survécu en 2015, nous pouvons gérer cette situation", affirme-t-il.

Selon le rapport, un gros problème est que les gens restent coincés sur des bateaux en pleine mer sans possibilité d'entrer dans l'un des ports européens.

"Cela peut prendre des jours, voire des semaines, avant que les pays ne se mettent d'accord sur qui doit les accueillir. Il est dangereux, surtout pour des personnes déjà physiquement vulnérables, d'être bloquées aussi longtemps en Méditerranée", explique Didzis Melbiksis.

"Nous devons mieux organiser cela"

Autre préoccupation : les navires des organisations non gouvernementales sont empêchés d'intervenir ou de déposer les réfugiés naufragés dans les ports.

"Il doit y avoir une meilleure organisation autour de cela. Lorsque les gens ont été sauvés, il doit y avoir un système plus coordonné pour les accueillir. Il doit y avoir une clarté sur la façon dont les gens seront répartis entre les différents pays, qu'ils soient migrants ou réfugiés".

Parmi les lueurs d'espoir de l'année dernière, il y a le fait que plusieurs pays ont accepté d'évacuer les personnes qui étaient en détention provisoire dans des camps à Tripoli en Libye, explique Didzis Melbiksis.

"Près de 2 500 personnes ont été sauvées de cette manière".

Photo de couverture : Un bateau de migrants rempli de migrants africains en Méditerranée, intercepté par le KBV 001 Poseidon / Photo de la Garde côtière suédoise

Plus de 139 000 personnes sont arrivées en Europe par des bateaux à travers la Méditerranée en 2018. Sur cette photo, un bateau de migrants est intercepté par le navire des garde-côtes suédois "Poseidon" en 2015.