fr
Select language
Extrication training
17 Feb 2020

Procès-verbal de la réunion de novembre sur l'extrication et les nouvelles technologies

fr
Select language

extrication logoChers membres de la Commission,

Veuillez trouver le projet de procès-verbal de la réunion très appréciée de Wörth am Rhein, Allemagne. Informations préliminaires sur la prochaine réunion : la prochaine réunionaura lieu àPoitiers, France, pendant les journées techniques (13-14-15 mai).

Laréunion de la Commissionsera programmée le jeudi 14/5 et/ou le vendredi 15/5, selon le moment le plus efficace.

Les membres de la Commission sontlibresde décider de leur participation aux journées techniques, mais sonttenus d'assister àla réunion de la Commission, s'ils sont présents à Poitiers à ce moment-là.

Plus d'informations suivront bientôt !

Bien à vous,

Major Tom Van Esbroeck

Président de la Commission pour l'Extrication et les Nouvelles Technologies

CTIF News Banner

Compte rendu Réunion d'hiver - Commission Extrication et Nouvelles Technologies du CTIF

Wörth am Rhein - 12 et 13 novembre 2019

Jeudi 12 novembre 2019

  1. Ouverture de la réunion

Tom ouvre la réunion et souhaite la bienvenue à tous les participants. Il est heureux de voir quelques nouveaux visages, qui se présenteront bientôt à la Commission. Il remercie Ruediger pour l'organisation de la réunion et des activités périscolaires.

En ce qui concerne l'ordre du jour qui a été envoyé aux membres, un petit ajustement doit être fait : malheureusement, la visite des drones d'intérieur n'est pas possible le jeudi.

  1. Appel des participants

Chaque participant se présente brièvement.

  1. Accueil par Ruediger

Ruediger souhaite la bienvenue à tous les participants. Il fait une courte présentation de Wörth am Rhein et de son service d'incendie, dont il est membre.

  1. Approbation du procès-verbal de la dernière réunion à Valence:

Il n'y a pas de remarques, ce qui signifie que le procès-verbal est accepté.

  1. Approbation de l'ordre du jour

→ Jeudi 12/12 : ATELIER SMART TECHNOLOGY - Projets & Discussions :

  • Panneaux solaires (Tore)
  • Rapport d'Abu Dhabi (Ivana)
  • Fiche d'information sur les RPAS (Mark)
  • Analyse des données
    • CCR (Kurt)
    • C.E.R.S. (Ruediger)

Vendredi 13/12 : ATELIER EXTRICATION/ ISO 17840 - Projets et discussions

  • Mise en oeuvre du plan d'action ISO 17840 (Kurt)
  • Euro NCAP (Tom et Kurt) : l'application sera présentée, bien qu'elle soit encore en construction.
  • Tests de batterie (Michel) : en raison de l'absence de Michel, ce sujet est reporté à une prochaine réunion. Il n'est pas possible de montrer les films qui ont été faits de ces tests de batterie, sans autorisation. Les films seront montrés lors d'une des prochaines réunions.
  • Projets de l'UE : Hyresponder, HyTunnel, + suggestion d'un nouveau projet : Erasmus+ (Tom)
  • Formation (Mikko)
  • Auto-extrusion (UK - Mike Dayson)
  1. Programme d'études

Il s'agit d'une vue d'ensemble des activités de la commission, qui doit être présentée à l'assemblée des délégués du CTIF. Tom n'a pas réussi à terminer le programme à temps pour le présenter aux membres et obtenir leur approbation. Il va l'envoyer par courrier aux membres.

A FAIRE : Tom : rédiger le curriculum et le partager avec les membres de la Commission.

A FAIRE : Membres de la Commission : donner l'approbation ou les remarques pour le curriculum.

  1. Prochaines réunions

Normalement, la réunion de printemps de la Commission est prévue en même temps que les journées techniques, du 12 au 14 mai en France. EuroNCAP sera également présent aux journées techniques et lancera sa candidature pour les fiches de secours. En raison du lien avec le projet ISO, Tom dit qu'il est important d'être présent en tant que Commission et de faire ce lancement ensemble. Michel aide à l'organisation des journées techniques et essaiera de faire en sorte que la Commission participe également en tant qu'orateur.

Tom ne sera pas en mesure de participer, et Michel (en tant que vice-président) sera occupé par l'organisation. Il demande aux membres s'il serait intéressant de combiner les journées techniques avec la prochaine réunion de la Commission. Il propose également la possibilité de réunions virtuelles, afin de réduire le nombre de réunions en direct.

Outre la réunion de printemps, une deuxième réunion doit être organisée au cours du second semestre de 2020, car la Commission doit choisir un nouveau président. Tom suggère de combiner cette réunion avec le prochain symposium du CTIF sur les nouvelles technologies, qui sera organisé à Oslo, en Norvège, à la fin du mois d'octobre.

Tom demande aux membres de réfléchir à ces propositions, la Commission décidera ensemble demain.

  1. Présentation des nouveaux membres

Les nouveaux membres font une brève présentation de leurs compétences professionnelles et personnelles : Monsieur Marco Aimo-Boot, Mademoiselle Yvonne Nasman et Monsieur Joël Biever.

Déjeuner

Atelier Smart Technology

→ Analyse des données

Ruediger met l'accent sur l'importance de disposer de données afin d'améliorer les procédures opérationnelles standard et la formation. Il explique la fiche de données allemande C.E.R.S. (Critical Emergency Response System), qui est à l'origine poussée par les compagnies d'assurance car elles veulent connaître la raison de l'accident : est-ce que cela s'est produit à cause d'un problème avec le véhicule ou un de ses composants, le conducteur était-il responsable, ... ?

Bien que l'accent soit mis aujourd'hui sur la désincarcération, il serait intéressant d'avoir le même type d'informations sur les incidents liés à l'incendie, aux marchandises dangereuses, etc.

Yvonne confirme et explique que le Canada et les Etats-Unis sont prêts à partager leurs données, mais qu'il est très difficile d'avoir accès à ces informations en Europe. C'est très regrettable, car les données peuvent mener à la recherche, ce qui peut conduire à de nouvelles directives pour les pompiers.

Tom ajoute que cela pourrait même conduire à des "leçons apprises".

Ruediger prévient qu'il ne faut pas perdre de vue la qualité des données, et ne pas se concentrer uniquement sur la quantité/le nombre de données.

Wolfgang souligne que ces données devraient être disponibles à tout moment, et pas seulement après un accident.

Kurt explique qu'il a créé un formulaire google qui peut être envoyé aux agents qui ont été confrontés à un certain type d'accident. Il le présentera plus tard.

Ivana demande si le formulaire de données C.E.R.S. présenté est quelque chose de séparé du rapport qui doit être fait après chaque incident. Ruediger confirme qu'il s'agit d'un document séparé, et pour cette raison Ivana se demande s'il ne serait pas plus facile d'avoir un seul ensemble de données. Il est également important d'établir si les informations dont nous avons réellement besoin sont disponibles dans les rapports.

Tous les membres s'accordent sur le besoin de données qualitatives et sur le souhait de disposer d'une sorte de base de données universelle.

Tore mentionne un projet antérieur, dans lequel le CTIF était impliqué via la commission HazMat. Ils ont créé une base de données similaire, avec différents pays, mais il a pris fin en raison d'une réorganisation du service et ce n'était plus une priorité.

Ivana résume les trois besoins auxquels il faut répondre en matière de données : le besoin d'informations sur certains types d'incidents, le besoin de propagation de l'expérience avec ces types d'incidents et le besoin que cette expérience soit disponible sur place, sur l'accident.

Christian plaide également pour une plateforme ou une base de données commune, peut-être hébergée par le CTIF. Si vous voyez combien de personnes réalisent des vidéos et les mettent sur Internet, cela devrait être possible pour les pompiers également.

Ivana voit un conflit entre le fait de rendre les informations disponibles et celui de les garder en sécurité et en conformité avec la réglementation GDPR.

L'Europe pourrait-elle jouer un rôle dans ce domaine, par exemple via le Centre commun de recherche ? Tom dit que même eux ne parviennent pas à obtenir les données. Il est facile de créer des bases de données, mais difficile de les remplir.

Marco pense qu'un gouvernement devrait être obligé de remplir les données. Tore dit que ce n'est pas si facile et qu'il y a des problèmes culturels entre les pays qui veulent partager des informations et ceux qui ne le veulent pas. Il suggère que le centre de statistiques du CTIF pourrait apporter son soutien dans ce domaine.

Yvonne dit qu'il est très important d'expliquer les avantages de remplir ces données, qui sont intéressantes, non seulement pour les pompiers mais aussi pour l'industrie.

Ivana mentionne la question de la fiabilité des données.

Tom conclut la discussion sur ce sujet très intéressant. Il propose de continuer à travailler sur ce sujet via des réunions virtuelles. En dehors des questions déjà mentionnées, il faut également chercher des ressources (paiement des chercheurs et des développeurs, etc.).

Marco suggère de vérifier dans chaque pays membre du CTIF quelles données sont déjà disponibles et quels systèmes d'enregistrement existent déjà.

Tom demande à Ivana de rédiger un document de départ.

A FAIRE : Ivana : rédiger un document de départ concernant la collecte de données qualitatives et fiables sur les incidents où les pompiers sont impliqués.

A FAIRE : Tom : préparer un planning pour les réunions virtuelles

→ Réunion à Abu Dabi : Ivana a été sollicitée par Tom pour participer à cette réunion, car le programme semblait être axé sur la robotique. Elle explique qu'il s'agissait d'un événement de 3 jours, sur lequel le premier jour était composé de différents ateliers autour des catastrophes, des urgences et des crises. Elle a fait une présentation de son projet et a réussi à suivre d'autres présentations, bien que l'organisation ne soit pas très bonne. Les deux autres jours étaient plus officiels et visaient à donner des informations aux Émirats arabes unis sur la façon dont la réponse d'urgence est organisée dans le monde, afin qu'ils puissent en tirer des leçons. Ivana n'a rien appris sur la façon dont cela est organisé aux Émirats arabes unis. Elle passe une brochure de la réunion, ainsi qu'un livre de l'une des personnes avec qui elle a été en contact avant la réunion.

Concernant la représentation du CTIF et de cette Commission, elle pense qu'il serait intéressant d'ajouter quelques informations générales dans chaque présentation sur des événements similaires.

Tore dit qu'il est important de diffuser les connaissances et l'expertise et qu'il est bon que les membres de cette commission participent aux réunions et séminaires officiels.

→ Fiche d'information RPAS: Mark a envoyé ce document en septembre par courrier aux membres, mais va réitérer le courrier. Il explique que c'est le résultat d'un projet en collaboration avec l'université de Twente. Ce projet s'est concentré sur la manière de détecter les marchandises dangereuses via un ensemble de capteurs installés sur un drone (40 capteurs et 26 cellules de mesure). Cela présente certains avantages, comme le fait qu'il n'est plus nécessaire d'utiliser des outils de mesure sur les lieux, ce qui permet aux gens de prendre suffisamment de distance par rapport aux marchandises. Il mentionne également la possibilité de prélever des échantillons avec ce drone. Ils ont développé un prototype, qui est utilisé depuis octobre pour des expériences. Il espère que l'industrie continuera à développer le prototype et le mettra à la disposition de tous les services d'urgence à un prix intéressant.

Tom distribue aux participants le "NFPA Standard about Small Unmanned Aircraft Systems (sUAS) used for public safety operations" (2019). Il a reçu ces documents de Donald Bliss, ancien président de la NFPA. Tom a demandé cette norme, car en Europe, nous nous battons avec la réglementation autour de l'utilisation des drones par les premiers et seconds intervenants. Ce document pourrait donner des conseils.

A FAIRE : Tom : envoyer l'information aux membres

→ Panneaux solaires : Tore dit qu'un nouveau manuel a été développé en suédois, mais il n'est pas encore traduit. Beaucoup d'efforts ont été faits pour créer de bonnes images. Il présente ce manuel via un PowerPoint. Il souligne qu'il y a aussi des scénarios qui peuvent être utilisés pour la formation.

Franz dit qu'il a aussi une bonne présentation mais seulement en allemand. Serait-il intéressant de la traduire en anglais ?

Tom dit qu'il serait intéressant d'avoir une seule présentation, qui puisse être utilisée par tout le monde.

Ruediger déclare qu'il est important de commencer par répertorier ce qui existe en matière de panneaux solaires dans les pays membres. Il ne sert à rien de développer quelque chose qui existe déjà.

Tore va essayer d'obtenir l'autorisation de traduire le manuel suédois.

Les membres pensent qu'il serait intéressant de rassembler toutes les informations existantes et de les mettre à la disposition de tous les sapeurs-pompiers - peut-être via le site Internet du CTIF ?

A FAIRE : Commission : envoyer toutes les informations qui existent dans leur pays à Tore et Yvonne. Elles examineront le matériel et rechercheront les principales lignes directrices.

Vendredi 13 décembre 2019

ATELIER Extrication / ISO 17840

Auto-extraction: Mike fait sa présentation via Zoom, sur la façon d'améliorer les résultats de la désincarcération avec les accidents de la route, qui causent tant de décès et de blessures. Il explique comment un projet a été lancé avec des fonds du Road Safety Trust. La première étape a consisté à effectuer des recherches en utilisant des capteurs sur des personnes testées. Ces données sur les mouvements corporels ont été analysées par un logiciel qui a calculé quelle méthode de désincarcération entraînerait le moins de mouvement et donc d'impact sur le patient en cas de désincarcération. Sur la base de ces calculs, différents tests ont été organisés, au cours desquels les personnes testées ont utilisé les colliers dans différents scénarios d'auto-extrusion (même voiture, différentes personnes testées, avec et sans instructions des pompiers, ...). Ils ont également travaillé avec deux approches différentes : une équipe bien entraînée et bien répétée contre une équipe sans instructions concernant le test. De cette manière, de nombreuses données ont été collectées.

Au début de l'année prochaine, trois articles seront publiés concernant cette étude. Ils aimeraient également réaliser un nouveau projet sur l'utilisation des chaînes, Mike demande si les membres de la Commission sont intéressés à y participer. Il semble qu'Henrik soit le spécialiste de ce sujet, il peut donner de bons conseils.

Ruediger peut envoyer un jeu de matériel de Weber qu'ils peuvent utiliser pour le test.

Mike pose également la question de la nécessité de toujours couper le toit d'une voiture impactée. C'est ce qui est généralement fait, mais cela prend au moins 30 minutes - temps pendant lequel la victime n'est pas à l'hôpital.

Yvonne explique qu'en Suède, un nouveau protocole a été mis en place, avec moins de découpe du toit, et que des rapports et des études sont en cours sur le sauvetage en chaîne et le contrôle de la colonne vertébrale. L'accent sera mis sur le patient, avec une approche différente du contrôle de la colonne vertébrale, avec une utilisation différente de la planche dorsale. Elle propose de partager ces informations avec les membres.

Henrik dit qu'au Danemark, ils n'utilisent plus la planche dorsale, mais un matelas hydraulique.

A FAIRE : Commission : partager leurs informations sur le sauvetage par chaîne et le contrôle de la colonne vertébrale avec Mike, qui y jettera un coup d'œil et donnera son avis.

→ Matériel de formation : Mikko fait référence aux différents matériels de formation concernant la désincarcération qui existent déjà, et à la manière de les utiliser et de les partager. Ce sujet a déjà été abordé lors de la réunion de Valence. Entre-temps, il a parlé avec l'Académie de sauvetage finlandaise et a trouvé quelqu'un qui peut travailler sur le matériel, qui a été filmé à Bruxelles. Il est important d'éviter que les gens fassent des choses similaires. Nous devons également chercher comment partager le matériel de manière simple.

Tom confirme que presque tout le matériel de tournage a été envoyé à Mikko et se réjouit que l'Académie de sauvetage finlandaise puisse aider à créer du matériel de formation. Mikko peut être un atout dans ce domaine, ainsi que pour la traduction en anglais.

Tom demande à la Commission de confirmer cette collaboration entre les comités nationaux de Belgique et de Finlande. Tous les membres sont très heureux de cette proposition.

A FAIRE : Tom et Mikko : prendre un contact supplémentaire sur les étapes concrètes de ce projet.

A FAIRE : Kurt : télécharger les photos de la semaine de désincarcération et les envoyer à Mikko via le cloud.

Mikko explique un problème que les services de secours finlandais ont rencontré avec le système d'appel électronique russe, qui est différent du système européen. Le centre de dispatching finlandais a reçu plusieurs appels électroniques de voitures russes, sans savoir qu'elles étaient russes, près de la frontière. Lorsque l'équipe finlandaise est arrivée sur place, elle n'a rien trouvé. Mikko a pris contact avec Michel, qui lui a expliqué qu'il fallait chercher le numéro VIN. Il s'est avéré qu'il s'agissait d'un bus de type russe. Lorsque le chauffeur démarre le bus près de la frontière, il se connecte au système finlandais et localise l'e-call.

Tom en parlera lors de ses réunions sur E-Call 2.

Application EuroNCAP: Kurt fait une démonstration de l'appli, qui n'est pas encore totalement développée. L'objectif est de mettre à disposition des premiers intervenants les fiches de secours pour tous les types de voitures. À partir de 2020, chaque constructeur automobile devra créer une fiche de secours pour chaque nouvelle voiture, conformément à la norme ISO 17840. Cette norme ISO est mise à jour avec de nouvelles informations. Les constructeurs automobiles auront un lien direct avec cette base de données, et pourront ajouter les fiches de secours, ainsi que les guides d'intervention d'urgence. Il serait intéressant d'inclure dans cette application les bus et les camions.

Les membres soulignent l'importance d'une bonne communication de cette application aux premiers intervenants, afin que l'application soit réellement utilisée.

Les membres continuent à parler d'E-Call 2, qui aura des informations supplémentaires telles que la position de la voiture, etc. Tom explique que l'objectif est toujours d'avoir une base de données mondiale avec toutes les informations pertinentes, mais il n'est pas facile d'obtenir ces informations gratuitement auprès des constructeurs automobiles. Il y a Moditech, mais c'est une alternative commerciale.

Les membres soulignent l'importance de relier également le code VIN aux fiches de secours. Tom dit que l'objectif est de toujours donner le numéro VIN en cas d'accident.

Il semble que la situation soit différente dans les Etats membres ; par exemple, en Allemagne, les pompiers peuvent demander des informations sur une voiture en se basant sur la plaque d'immatriculation. Cela dépend de la politique du gouvernement local, ce n'est pas encore le moment pour une politique générale à ce sujet.

Joel veut savoir s'il existe une base de données avec tous les codes VIN.

Tom dit qu'il ne sait pas si elle existe encore, mais le plan est d'ajouter cela à l'application EuroNCAP.

Mise en œuvre de la norme ISO 17840 : Kurt demande l'aide des membres pour aider à introduire et mettre en œuvre la norme ISO dans leurs pays. De nombreux documents ont été créés, et sont disponibles sur le site du CTIF, qui peuvent aider à cette tâche. Toutes les informations sont disponibles en 18 langues différentes.

A FAIRE : membres : essayer d'ajouter autant d'autres langues que possible.

Kurt propose un plan d'action en trois étapes :

  1. Commencer par faire apposer les symboles sur les camions de pompiers,
  2. Contacter les agences de transport public et les informer sur l'ISO et les symboles, et essayer de les convaincre de les mettre en œuvre.
  3. Contacter les entreprises qui utilisent des camions, etc. Pour chaque catégorie, un ensemble de documents a été élaboré et peut être consulté sur le site Web.

Vous trouverez également sur le site une explication sur les symboles et sur la façon de les imprimer.

Tom prévient les membres qu'il peut être difficile d'obtenir la mise en œuvre. Certaines parties ont d'abord vu cela comme une menace, et ne voulaient rien qui puisse indiquer que ces véhicules étaient dangereux. Mais heureusement, avec beaucoup de discussions et d'explications, cela a plutôt bien fonctionné. À Bruxelles, par exemple, les symboles sont utilisés sur les bus. Tom confirme qu'il y a encore un grand besoin de sensibiliser les pompiers à la norme ISO et à ses avantages.

Marco indique que Magirus applique déjà les symboles. Tom ajoute que Rosenbauer a promis de le faire également, mais il n'y a pas de résultat concret pour le moment.

Tom suggère que les membres demandent le soutien de leur comité national du CTIF. Il fait référence au protocole d'accord qui a été signé entre le CTIF et l'UITP. Cette organisation représente plus de 100 pays dans le monde entier. Ce document peut être utilisé comme support pour convaincre les entreprises de transport locales. Il est également disponible pour les membres.

Kurt dit qu'il est important de réaliser qu'il s'agit d'une norme volontaire, il n'y a aucune obligation de l'utiliser. D'où l'importance d'une bonne histoire pour vendre le produit.

Tore est d'accord et demande aux membres de faire de leur mieux pour promouvoir cette norme, en particulier l'utilisation de symboles sur les véhicules.

Mikko aimerait avoir un courrier ou une lettre générale avec ces informations, afin de pouvoir commencer le processus.

Tom propose de faire une F.A.Q. avec les questions qui sont posées en ce moment. Cela devrait aider tout le monde à disperser l'ISO et les paquets d'information.

A FAIRE : les membres partagent leurs questions avec Tom.

A FAIRE : Tom : créer la F.A.Q.

Déjeuner

→Visitede l'usine de camions Mercedes-Benz

→ Différents projets européens : Tom parle aux membres du projet HyTunnel, où il représente la Belgique avec un officier des pompiers de Bruxelles. Le projet est mené par l'université d'Ulster et se concentre sur le transport par des véhicules à hydrogène dans les tunnels et les espaces confinés.

A FAIRE : membres : remplir un questionnaire sur la législation, les mesures de prévention et les recommandations concernant l'hydrogène, qui sera envoyé par Tom.

Tom explique un deuxième projet, lié à l'hydrogène, le projet HyResponder (suivi du projet HyResponse). L'objectif de ce projet est de distribuer des formations sur l'hydrogène aux premiers intervenants via l'organisation de formations de formateurs dans différents pays européens. La Belgique est un partenaire, ainsi que le CTIF (représenté par Dennis Davis). Le rôle principal du CTIF sera la diffusion de l'information. La réunion de lancement sera organisée en janvier 2020, Tom tiendra les membres informés. Par exemple, il n'est pas encore certain que le projet ne portera que sur l'hydrogène.

Ensuite, Tom montre la présentation d'une proposition pour un nouveau projet européen, avec comme objectif principal la création d'un programme de formation sur les véhicules électriques. Il est demandé au CTIF d'être un partenaire de ce projet, principalement pour la diffusion de l'information. Il s'agirait d'un projet via Erasmus+, ce qui signifie qu'il sera financé à 100%. La durée proposée est de 36 mois.

Les membres conviennent qu'il est important d'avoir plus d'informations sur le type de charge de travail que cela implique, car il faudra du temps pour participer au projet.

Tom explique qu'il est possible de participer en ayant un membre de cette commission comme gestionnaire du projet. Mais le travail réel peut être effectué par des collègues des services d'incendie nationaux.

Pour la plupart des membres, il est difficile de donner une réponse maintenant et de décider pour leur pays. Certains ne sont pas encore convaincus, d'autres membres voient un lien direct entre ce projet et le GT qui peut aider à partager des informations et à apprendre de nouvelles choses.

A FAIRE : Tom : envoyer la présentation à tous les membres

A FAIRE : Commission : donner un avis sur la participation ou non

Prochaines réunions

La prochaine réunion sera combinée avec les journées techniques en France. Michel demandera probablement à la Commission de faire office de conférencier. La réunion sera une réunion virtuelle, afin que tous ceux qui sont disponibles puissent participer (même s'ils ne sont pas en France).

A FAIRE : Tom : contacter Michel pour les informations pratiques et s'occuper de l'invitation.

La deuxième réunion sera combinée avec le symposium du CTIF en Norvège. Il faudra vérifier avec l'organisation de la Commission si elle peut se réunir le jour précédant le symposium.

A FAIRE : Tom : contacter Svein et Ole pour leur demander cette possibilité.

Concernant 2021, la réunion de printemps sera organisée en février en Laponie, dans le nord de la Finlande. Ceci doit être organisé et confirmé le plus tôt possible, afin d'avoir un bon emplacement et un bon hôtel. La réunion d'hiver aura lieu au Luxembourg en novembre 2021.

Clôture de la réunion: Tom clôt la réunion. Il remercie Ruediger pour la bonne organisation, son écoute et la visite chez Mercedes-Benz.

Il remercie tous les membres pour leur présence et leur participation active à la réunion, ce qui en a fait un événement fructueux, qui a beaucoup échangé.

Participants

Wolfgang Niederauer

Kurt Vollmacher

Marco Aimo-Boot

Mikko Saastamoinen

Natalie De Backer

Tom Van Esbroeck

Tore Eriksson

Ivana Kruijff-Korbayova (uniquement le jeudi)

Yvonne Nasman

Mark Bokdom

François Christnach

Joël Biever

Ruediger Knoll

Participants via Zoom

Mike Dayson

Henrik Paulsen

Michel Gentilleau (le vendredi)