fr
Select language
Minister Jan Jambon
10 Nov 2018

Le ministre belge Jan Jambon : "Les premiers intervenants sont désormais confrontés à de nouveaux types de risques et de défis comme jamais auparavant dans l'histoire".

fr
Select language

Lorsque le ministre Jan Jambon, ministre belge de la sécurité et de l'intérieur, s'est rendu au séminaire du CTIF "Fire, Rescue & New Challenges" samedi, son discours était axé sur l'innovation, les défis qui l'accompagnent et la signification des progrès technologiques pour les services d'incendie et de secours - en bien ou en mal.

"Chers invités, a dit un jour Peter Jackson, le réalisateur du "Seigneur des anneaux" : Le phonographe de Tomas Edison était autrefois une "Nouvelle Technologie". Comme toujours, certains avaient peur de cette nouvelle technologie.

Certains avaient peur de la télévision - ils pensaient que les ondes radio allaient les tuer.

D'autres avaient peur des trains - ils pensaient qu'un voyage à plus de 30 km/h pouvait déchirer le corps humain.

Les inventions de l'ère industrielle - l'énergie électrique, le moteur à combustion et l'invention de la chaîne de montage par Henry Ford - ont apporté la richesse et une vie meilleure à des millions et des millions de personnes.

Cependant, les nouvelles technologies apparues au tournant du siècle dernier ont également entraîné de nouveaux défis considérables :

Pour les pompiers et les premiers intervenants, les nouvelles technologies ont toujours été synonymes de meilleurs services de secours, mais aussi de nouveaux types d'accidents :

  • Des voitures plus rapides et plus puissantes entraînaient des accidents plus graves.
  • La construction de nouvelles usines a entraîné des incendies plus importants et plus dangereux à gérer.
  • L'utilisation croissante de produits chimiques a entraîné de nouveaux défis pour les premiers intervenants dans le domaine des matières dangereuses.

Cette semaine, alors que les pompiers pensaient que nous commencions à comprendre comment désincarcérer des véhicules électriques, les constructeurs automobiles ont annoncé qu'ils lançaient des voitures équipées de panneaux solaires sur le toit, ce qui pose de nouveaux défis en matière de désincarcération.

Ce développement technologique s'arrêtera-t-il un jour ?

Bien sûr que non.

En fait, la technologie évolue plus vite que jamais !

Et comme toujours :

Les premiers intervenants seront ceux qui se tiendront en première ligne, sans livre de règles à suivre - n'ayant que quelques secondes pour décider de ce qu'il faut faire.

Aujourd'hui, les services d'incendie et de secours sont confrontés à des défis qui n'existaient pas auparavant et qui sont totalement nouveaux.

La technologie évoluant très rapidement, il n'est pas facile de se familiariser avec toutes les évolutions et nouveautés. C'est pourquoi de nombreuses interventions sont différentes et complexes, tant pour les volontaires que pour les pompiers professionnels.

Les services d'urgence ne sont pas systématiquement consultés ou informés lorsqu'une nouvelle technologie est introduite.

Cela peut avoir pour conséquence que les secouristes ne savent pas comment réagir efficacement. Lorsque cela se produit, les incidents reçoivent rapidement une attention négative sur les médias sociaux.

Notre société actuelle a également des attentes différentes : dans le passé, il suffisait que les pompiers cherchent une solution relativement rapide et bonne pour les problèmes simples. Aujourd'hui, on attend des pompiers qu'ils apportent des réponses intégrales aux problèmes les plus complexes.

Wue va-t-il se passer avec l'introduction des voitures à conduite autonome ?

Y aura-t-il encore des accidents de la route ? Peut-on découper ces voitures du futur ? Nos concitoyens ont-ils les compétences nécessaires pour secourir les victimes ?

L'utilisation de drones et de robots d'assistance signifie-t-elle que nous n'avons plus besoin de premiers et de seconds intervenants dans un environnement à risque ? Allons-nous bientôt enseigner aux programmeurs, aux hackers et aux gamers à soutenir les équipes de secours sur le terrain ?

Quel est l'impact de batteries de plus en plus puissantes à bord des véhicules ? Et comment sommes-nous affectés par l'utilisation de nouveaux types de sources d'énergie et de systèmes de stockage de l'énergie ?

Quel effet ont les maisons et les villes intelligentes sur la prévention et le signalement des incendies ?

Aurons-nous plus d'interventions à l'avenir en raison du changement climatique - ou moins ?

Que pourrait signifier la réalité virtuelle pour la lutte contre les incendies en matière d'éducation et de prévention ?

Quelles sont les conséquences négatives sur le bien-être et la santé d'un pompier, en raison de ces conditions changeantes ?

En tant que ministre de la sécurité et ministre de l'intérieur, je n'ai pas de réponses immédiates à ces questions et préoccupations. Tout porte à croire qu'il y aura un changement majeur dans les risques liés à la première intervention et dans notre façon de faire face à ces risques. Si nous voulons être prêts pour l'avenir, nous devons évoluer en tant qu'organisation et nous concentrer sur l'innovation.

En tant que membre du CTIF, l'Association internationale des services d'incendie et de secours, la Belgique veut apporter une contribution importante et montrer l'exemple au niveau international.

Je suis fier de constater aujourd'hui que notre propre Centre d'expertise fédéral pour la sécurité civile, qui accueille le Comité national du CTIF Belgique, est responsable de l'organisation de cet important séminaire à Bruxelles. J'espère que vous avez tous apprécié le programme et l'hébergement. Je tiens à remercier les employés du Service public fédéral pour le travail qu'ils ont accompli. Le résultat est fantastique !

Au sein des groupes de travail et des comités du CTIF, une initiative en particulier a bénéficié de mon attention et de mon soutien : le projet ISO sur les informations de sauvetage.

Je me réjouis que l'expertise belge ait trouvé sa place dans ce contexte international. Comme vous le savez, la nouvelle organisation de la formation des services d'incendie et de secours a toujours été l'une de mes priorités.

L'information complète de la norme ISO 17840 sera incluse dans les différents niveaux de la formation de base pour les nouveaux pompiers, ainsi que dans la formation d'expert pour les pompiers déjà expérimentés, dans le cadre du sauvetage technique.

Mesdames et Messieurs, avant de procéder à la clôture officielle du séminaire, j'aimerais vous annoncer l'intention du secteur belge des transports publics, qui attache une grande importance à la sécurité de ses clients : les passagers.

Après des années de bonnes relations et la volonté explicite de travailler en étroite collaboration sur la sécurité, le secteur des transports publics belges et le CTIF Belgique ont décidé d'élaborer un accord.Toutes les parties partagent l'objectif d'accroître la sécurité des passagers, en mettant en œuvre les symboles normalisés de la norme ISO 17840 sur les bus en circulation, en vue d'une reconnaissance rapide et claire de la source d'énergie utilisée par les premiers et seconds intervenants.

Cela permettra à tous les services d'incendie et de secours, qu'ils soient volontaires ou professionnels, de disposer de toutes les informations nécessaires pour mener à bien leur tâche de manière sûre et adéquate. Pour formaliser cet engagement, nous allons maintenant signer un protocole d'accord."