fr
Select language
A firefighter shaving his head in support of colleagues fighting cancer.
07 Mar 2019

La fumée et la suie des matières synthétiques sont les principales causes de décès des pompiers.

fr
Select language

Selon un article de NBC News, l'Association internationale des pompiers affirme que le cancer est désormais la principale cause de décès chez les pompiers américains.

Alors qu'il y a trente ans, les pompiers étaient le plus souvent atteints de cancers liés à l'amiante, aujourd'hui, les cancers les plus courants sont laleucémie, lelymphome ou lemyélome, indiquent les responsables.

Les services d'incendie de Boston, New York, Chicago, Seattle, Los Angeles, San Francisco, Houston, Toronto et Calgary font tous état de taux de cancer élevés.

Les cancers les plus agressifs étaient les cancers buccaux, digestifs, respiratoires et urinaires.

Selon les chercheurs, ce changement s'explique en grande partie par le fait que les pompiers d'aujourd'hui combattent des incendies très différents de ceux d'autrefois. Les maisons et les entreprises modernes sont remplies de matières synthétiques, de plastiques et de produits chimiques qui brûlent beaucoup plus vite et peuvent enduire les pompiers de suie toxique et d'autres substances.

Une étude du CDC/National Institute for Occupational Safety and Health a suivi près de 30 000 pompiers à travers les États-Unis en 2010 et a révélé des taux de cancer plus élevés que dans la population générale.

Le Congrès étudie actuellement la possibilité d'approuver la création d'un registre national du cancer chez les pompiers, afin d'avoir une idée précise du nombre de décès.

Le commissaire aux incendies de Boston, Joseph Finn, a qualifié d'"épidémie" l'augmentation du taux de cancer chez les pompiers de la ville, dans un récent article publié sur le site du réseau NBC News.

"Nous voyons beaucoup de membres plus jeunes, dans la quarantaine, qui ont 20 ans de métier, développer ces cancers à un très jeune âge", a déclaré Finn à NBC News.

Chaque mois, trois autres pompiers actifs ou venant de prendre leur retraite se voient diagnostiquer un cancer. Le taux de cancer chez les pompiers est plus de deux fois supérieur à celui des habitants de Boston - et il est illégal pour les pompiers de cette ville de fumer, affirme l'article de NBC.

Glenn Preston

Boston Firefighter Glenn Preston is being treated for blood cancer at the Dana Farber Cancer Center at Brigham and Women's Hospital. Photo: Picasa

En 2002, Preston faisait partie des 200 pompiers qui ont répondu à un grand incendie dans une centrale électrique du sud de la ville. À l'intérieur du bâtiment, il a été séparé de son équipe lorsque des produits chimiques sont descendus du toit et ont recouvert son équipement de protection.

"Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie, je crois", a-t-il déclaré à NBC News.

Lorsqu'il a finalement réussi à sortir, sa veste était couverte d'une substance gluante, contenant probablement desPCB.

Sur les 200 pompiers qui sont intervenus, une cinquantaine ont depuis été diagnostiqués avec un cancer ou des troubles cardiaques, selon le commissaire.

Il a déjà subi une chimiothérapie et une greffe de moelle osseuse. Il a invité NBC News à venir parler dans sa chambre d'hôpital, mais l'équipe a dû porter des masques et des gants chirurgicaux et nettoyer les caméras avec de l'alcool pour réduire le risque d'introduction d'un virus qui pourrait être fatal à Glenn.

"C'est dans la paroi de mon cœur. La tumeur est dans la paroi de mon cœur maintenant", a-t-il déclaré.

Preston a 41 ans et est né à Boston.

"Pour moi, la lutte contre les incendies est une passion", a-t-il expliqué. "En dehors de Dieu, de ma famille et de mon pays. Il n'y a rien que j'aime plus que d'être un pompier de Boston".

Lisez l'article original sur NBC News ici

Photo de couverture : (Ci-dessus) Emanuel Villegas, capitaine d'un camion de secours du service d'incendie de Vandenberg, rase la tête de John Markley, en l'honneur de Ryan Raffel, ici mercredi 30 novembre 2011. Ryan, le neveu de 5 ans de Robert Raffel, pompier du service d'incendie de Vandenberg, a été diagnostiqué plus tôt cette année comme souffrant de leucémie. (Photo U.S. Air Force/ Tech. Sgt. Scottie McCord)