fr
Select language
The upper floors of Grenfell Tower after the fire. Photo by Wikipedia
01 Dec 2020

Un ex-employé admet que les tests d'incendie des panneaux en polystyrène de Grenfell étaient faux.

fr
Select language

Selon un article du journal britanniqueThe Guardian, la société Celotex, qui a fourni le revêtement en polystyrène à la tour Grenfell, savait que les panneaux isolants n'étaient pas sûrs en cas d'incendie.

Photo de couverture (ci-dessus) Les étages supérieurs de la tour Grenfell après l'incendie. Photo par Wikipedia

Celotex s'est comportée de manière "complètement contraire à l'éthique", a admis Jonathan Roper, un ancien assistant chef de produit.

Jonathan Roper, ancien chef de produit adjoint chez le fabricant d'isolants Celotex, a témoigné devant le tribunal britannique le lundi 16 novembre. Il avait participé aux tests d'incendie et a déclaré qu'on lui avait demandé de dissimuler les résultats. Il a admis que Celotex avait plus ou moins truqué certains des tests d'incendie que la société avait effectués avant de déclarer que les panneaux de polystyrène expansé seraient sûrs en cas d'incendie dans une tour.

"Celotex a été 'malhonnête' lors du deuxième test des panneaux en mousse après avoir échoué au premier", a déclaré Roper selon l'article.

Selon une enquête publique, les dirigeants qui ont vendu des isolants combustibles destinés à être utilisés sur la tour Grenfell ont perpétré une "fraude sur le marché" en truquant un test d'incendie et en faisant des déclarations "trompeuses" à son sujet,

Lors de l'incendie de Grenfell, le 14 juin 2017, la mousse, connue sous le nom de RS5000, a grandement contribué au développement de l'incendie et a également aggravé les conditions à l'intérieur de la tour en libérant des gaz d'incendie toxiques provenant de la fonte et de la combustion des matériaux plastiques.

La mousse a été retirée du marché neuf jours après l'incendie.

Celotex est une filiale de l'entreprise française de matériaux de construction Saint-Gobain.

L'enquête se poursuit.

Les fournisseurs de la tour Grenfell savaient que leur revêtement brûlerait, selon l'enquête.